À la UneCôte d'IvoirePolitique

Après la mort d’Hamed Bakayoko: Kandia Camara fait des révélations

La ministre ivoirienne de l’éducation nationale n’en finit pas de regretter le Premier ministre Hamed Bakayoko. Dans un texte émouvant, elle a encore rendu un hommage à celui qui était aussi le maire de la commune d’Abobo. Commune dans laquelle, Kandia Camara pourrait prendre le pouvoir.

« Ce mercredi 10 mars 2021 restera gravé dans notre histoire nationale comme un jour de séparation entre un homme emblématique et un pays affligé. En effet, ce jour se rappellera à jamais à notre souvenir comme celui de la disparition de notre Premier Ministre, SEM Hamed Bakayoko », écrit la ministre Kandia Camara.

Publicité

Kandia Camara se souvient d’Hamed Bakayoko comme un altruiste et un humaniste. Un homme qui fut grand « par son sens du consensus ». Hamed Bakayoko fut exceptionnel par la vocation sacrée chez lui de ne jamais rompre le fil du dialogue, note Kandia Camara, qui se désole du fait que « La Côte d’Ivoire vient de perdre une chance de se parler à elle-même, bien au-delà des barrières et des chapelles ».

Hamed Bakayoko, « ami des jeunes », des  » journalistes’‘, « des artistes » est selon Kandia Camara « le responsable politique qui portait fièrement les idéaux de son parti sans jamais s’exiler dans l’unilatéralisme manichéen ».

Pour la ministre de l’éducation, l’ex-premier ministre était « dans la galaxie politique ivoirienne, celui qui parlait au cœur des Ivoiriens et entendait le souffle intime de leur âme ». En terminant son hommage à Hamed Bakayoko, Kandia s’est lancé dans une prose.

Publicité 2

« Tu étais Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Maire, mon patron, Hambak, le Golden Boy, le Chao des Chao et mon jeune frère si attentionné.(…) Adieu, Monsieur le Premier Ministre ! Adieu Monsieur le Maire ! Dieu te réserve la meilleure place auprès de Lui, toi qui as tant aimé tes semblables. Dans l’impuissance qui nous frappe, nous prions Allah d’apaiser la souffrance des vivants », a déclaré Kandia Camara, qui dit mesurer la souffrance de Ouattara, de Dominique et des enfants d’Hamed Bakayoko.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page