AfrikWomanDiversSociété
A la Une

Arabie Saoudite: Les femmes fument en public pour «achever» leur liberté

Rima s’installe sur une chaise dans un café haut de gamme de Riyad, regarde attentivement autour d’elle et ne voit personne qu’elle reconnaît, tire sur sa cigarette électronique et exhale un nuage de fumée.
«Je pense que fumer en public fait partie de l’exercice de mes libertés nouvellement acquises. Je suis heureuse que maintenant je puisse choisir », a déclaré à l’AFP une saoudiene de 27 ans qui travaille pour une entreprise privée dans la capitale.

Comme les féministes occidentales du début du 20e siècle, à une époque de changement social en Arabie saoudite, certaines femmes adoptent les cigarettes, les pipes à chicha ou le vapotage comme symbole d’émancipation.

Voir des femmes qui fument en public est devenue beaucoup plus courant ces derniers mois, une perspective impensable avant l’introduction de réformes radicales dans le royaume ultra-conservateur.

Publicité

L’ambitieux souverain de facto du royaume, le prince héritier Mohammed bin Salman, a déployé un éventail d’innovations économiques et sociales pour projeter une image modérée et favorable aux entreprises.

Les femmes sont désormais autorisées à conduire, à assister à des événements sportifs publics et à des concerts, et à obtenir des passeports sans l’approbation d’un tuteur masculin.

Rima, qui a commencé à fumer il y a deux ans, rejette les inquiétudes concernant les effets nocifs du tabac mais craint que sa famille ne le découvre.

Elle dit qu’elle est prête pour une confrontation.

“Je ne leur dirai pas qu’il s’agit de la liberté de ma personnalité, car ils ne comprendront pas que les femmes sont libres de fumer comme les hommes”, a déclaré Rima, vêtue d’une abaya noire traditionnelle avec une broderie dorée correspondant au hijab qui couvrait ses cheveux. .

Najla, 26 ans, qui, comme Rima, a demandé à utiliser un pseudonyme, a déclaré qu’en dépit des changements sociaux rapides, les doubles standards existaient toujours et que cela était toujours considéré comme un «scandale et une honte» si les femmes fumaient.

Seule femme à fumer au milieu de plusieurs tables de fumeurs, elle a déclaré qu’elle avait l’intention de «défier la société» et d’ignorer les regards sales occasionnels.

«Mes droits seront pleinement respectés lorsque ma famille m’acceptera comme fumeuse», a-t-elle déclaré, se rappelant qu’une amie avait été envoyé dans une clinique de toxicomanie lorsque ses parents ont appris qu’elle fumait.

Najla a commencé à fumer alors qu’elle était encore étudiante, et comme elle, jusqu’à 65% des lycéennes saoudiennes fument secrètement, selon une étude réalisée en 2015 par la faculté de médecine de l’Université King Abdulaziz citée par Arab News.

  • «Tout est permis» –
    Malgré les limites, dans un pays où, jusqu’à il y a quelques années à peine, la police religieuse poursuivait et frappait les femmes pour des infractions telles que le port de vernis à ongles ou le fait de laisser une mèche de cheveux s’échapper de leur hijab, les changements ont fait tourner la tête.

«La plupart de nos clientes commandent des chicha. C’est quelque chose qui était totalement inimaginable il y a seulement trois mois », a déclaré un serveur libanais à l’AFP dans un café haut de gamme du nord de Riyad.

Heba, une fumeuse de longue date de 36 ans qui était assise à une table à proximité, a décrit avoir grandi dans un pays fermé où «tout était interdit aux femmes».

“Je n’aurais jamais imaginé pouvoir fumer de la chicha en public à côté des hommes”, a-t-elle expliqué à l’AFP.

«Maintenant, tout est permis. Les femmes s’aventurent sans hijab, sans abaya et elles fument même en public. »

Publicité 2


Mais même si le royaume a introduit des réformes, il a été condamné pour une répression brutale contre des dissidents, notamment des intellectuels, des religieux et des militantes.

En 2018, les autorités ont arrêté au moins une douzaine de femmes militantes juste avant la levée historique de l’interdiction des femmes automobilistes qui dure depuis des décennies.

De nombreux détenus ont accusé les interrogateurs de harcèlement sexuel et de torture. Les autorités saoudiennes rejettent ces accusations.

“Il ne fait aucun doute qu’au niveau de la personnalité, il y a plus de liberté”, a déclaré Walid al-Hathloul, dont la sœur Loujain est jugée pour des allégations de contacts avec des médias et diplomates étrangers.

“Mais les réformes en faveur des femmes s’inscrivent dans une campagne de relations publiques pour améliorer le bilan du royaume en matière de droits humains”, a-t-il déclaré à l’AFP.

“L’arrestation et la diabolisation de militantes en sont la preuve – elles sont conçues pour que les réformes ne soient pas créditées aux militantes”, a-t-il déclaré.

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer