À la UneCôte d'IvoirePolitique

Blé Goudé: « Des gens ont été recrutés et payés pour insulter et humilier Simone Gbagbo… »

Charles Blé Goudé a levé un coin de voile sur les attaques dont Simone Gbagbo a été victime l’année dernier. Le président du Cojep ne passe pas quatre chemins pour confirmer que derrière ces attaques se trouvaient des commanditaires au sein du camp Gbagbo. Il dit ne pas comprendre ce que l’ex-première dame a pu bien faire.

« Des gens ont été recrutés, des gens ont été payés, je le confirme, pour humilier, pour insulter Simone Gbagbo jusque dans son intimité. Je dis mais elle a fait quoi ? On dit non son mari ne l’aime plus (…) Nous sommes dressés parce qu’au-delà de Simone Gbagbo, c’est la femme que nous défendons. Si on ne s’étaient pas lever pour Simone Gbagbo, on aurait été des enfants indignes« , révèle Charles Blé Goudé.

Blé Goudé s’insurge contre cette inclinaison des pro-Gbagbo à s’étriper en mettant leurs divergences circonstancielles sur la place publique. Pour lui, ceux qui veulent plaire à Gbagbo n’ont pas forcément besoin d’être acrimonieux et grivois envers les autres. « Parce qu’on veut un poste à côté d’un leader, parce qu’on veut être vu, est-ce qu’on a besoin de menacer? Je ne serai pas ce rendez-vous. Quand je dis bonjour et que tu fais un effort pour entendre bonsoir, il faut aller à l’hôpital pour te nettoyer tes oreilles« , dénonce Blé Goudé.


Blé Goudé: "Des gens ont été recrutés et payés pour insulter et humilier Simone Gbagbo..."
Blé Goudé et Simone Gbagbo, lors d’un meeting sous l’ère Gbagbo

Aux pro-Gbagbo abonnés à ce genre de diatribes, il lance un message qui concerne toute la classe politique ivoirienne: « Les Ivoiriens ont besoin de souffler. « Arrêtons nos discours guerriers inutiles, combattants de la 25e heure. La réconciliation de la Côte d’Ivoire doit être cimentée à partir du pardon des Wè. Si les Wè ont pardonné, et ils doivent le faire, à partir d’eux, le reste de la Côte d’Ivoire va se retrouver. On doit y travailler ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page