Monde
A la Une

Brésil : un garçon de 14 ans tué par la police, plus de 70 traces de coups de feu retrouvées sur le lieu de l’incident (photos)

Alors que la communauté noire d’Amérique lutte contre les actes racistes et les violences policières, le sort de leurs frères au Brésil n’est pas meilleur.

Alors même que des manifestants enragés et des policiers s’affrontent dans les rues de Minneapolis à la suite du meurtre de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans soupçonné d’avoir commis une fraude, João Pedro Matos Pinto, un garçon de 14 ans, a été abattu au Brésil la semaine dernière. Il jouait avec son cousin dans la maison de son oncle à São Gonçalo, dans la région métropolitaine de Rio de Janeiro, lorsque la police censée suivre les trafiquants de drogue, l’a abattu.

Publicité
Brésil : un garçon de 14 ans tué par la police, plus de 70 traces de coups de feu retrouvées sur le lieu de l’incident (photos)

Curieusement, le jeune homme a été transporté par les agents de sécurité dans un hélicoptère de la police et emmené aux opérations aériennes des pompiers, au sud de Rio sans qu’aucun membre de sa famille ne soit informé. Selon les pompiers, Pinto était déjà mort à son arrivé.

Les parents et les proches de Pinto n’étant pas au courant de sa mort, la famille a lancé une recherche toute la nuit dans les hôpitaux et les commissariats et a créé une campagne sur les réseaux sociaux avec le hashtag #procurasejoaopedro.

Brésil : un garçon de 14 ans tué par la police, plus de 70 traces de coups de feu retrouvées sur le lieu de l’incident (photos)

C’est le mardi matin 19 mai, soit plus de 17 heures après sa mort, que le corps sans vie de Pinto a été retrouvé à l’IML (Institut médical légal) de la ville. La police civile de Rio de Janeiro (PCRJ) a déclaré avoir ouvert une enquête pour faire la lumière sur la mort de l’adolescent tué lors de l’opération de police.

Si la PCRJ a noté que l’opération visait à exécuter deux mandats de perquisition et de saisie contre les chefs d’une faction criminelle, elle a ajouté que « pendant l’opération, les agents de sécurité des trafiquants de drogue ont tenté de s’échapper en sautant par-dessus le mur d’une maison. Ils ont tiré sur la police et ont lancé des grenades. »

Le cousin de Pinto, Daniel Blaz, qui a été témoin de l’incident et qui était avec lui, a donné une autre version des faits. Blaz a déclaré qu’en plus d’avoir utilisé des armes à feu, les agents de la police fédérale et civile ont lancé des grenades sur leur maison.

Brésil : un garçon de 14 ans tué par la police, plus de 70 traces de coups de feu retrouvées sur le lieu de l’incident (photos)

« João et moi étions près de la porte. Il y a eu un bruit. Puis ils ont tiré sur la fenêtre. Nous avons couru jusqu’à la chambre. João et Duda étaient dans la pièce, couchés. La police est entrée, nous a dit de nous allonger au sol », a-t-il poursuivi.

Le père de Pinto, Neilton Matos, a déclaré que les officiers avaient falsifié une version de l’action de la police, ajoutant que les murs de la maison portent au moins 72 trous de balles.

Il a également démenti le fait que des criminels avaient envahi la résidence, comme l’indique la version de la police.

« João n’était pas dans la rue lors de l’affrontement. Il était à l’intérieur d’une maison, d’un foyer. Personne n’a le droit d’entrer dans la maison de quelqu’un et de prendre la vie d’un jeune de 14 ans », a-t-il déploré.

Publicité 2

« Si la justice n’est pas rendue ici, la volonté de Dieu sera faite. Mon fils avait des rêves, il savait déjà ce qu’il voulait. Il voulait être avocat et avait toujours de bonnes notes à l’école. »

Brésil : un garçon de 14 ans tué par la police, plus de 70 traces de coups de feu retrouvées sur le lieu de l’incident (photos)

Suite à cet incident malheureux, des dizaines de Brésiliens sont descendus dans les rues exigeant la peine de mort pour les policiers responsables de la mort de l’adolescent, tandis que d’autres autorités de l’Etat ont exigé un rapport complet de la hiérarchie policière pour déterminer la marche à suivre.

Crédit photo : folha

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page