Afrique

Burkina Faso: un important réseau de “trafic humain” démantelé

Un important réseau de « trafic humain » vient d’être démantelé à Kosyam au sud de Ouagadougou, au Burkina Faso.

Les faits ont été rapportés par issa Paré, commandant de la compagnie de gendarmerie de Kadiogo (ouagadougou), lors d’un point de presse ce samedi dernier.

Publicité

Selon le capitaine Issa Paré,  tout serait parti d’une plainte déposée par un citoyen, le 6 janvier dernier, faisant cas de la disparition de sa femme.

Ainsi, l’équipe de la gendarmerie de la brigade-ville de Kosyam aurait saisi le procureur du Faso à des fins d’enquête qui s’est soldée par l’arrestation d’une dame d’une trentaine d’année chargée de faire partir des individus vers des destinations inconnues.

Les perquisitions au domicile de la mise en cause aurait permis la découverte de 39 fiches d’identification de personnes ayant bénéficié de ses services et quatre faux passeports.

Selon les renseignements fournis à la gendarmerie, c’est depuis février 2010, que ce trafic a lieu, un important lot de dossiers ayant également été saisi.

«L’agence de cette dame est en partenariat avec d’autre agences dans chaque pays d’accueil », précise-t-on.

Toujours selon la gendarmerie, c’est la dame en question qui est chargée de recruter les filles et les femmes sans aucun apport.

Et d’ajouter qu’une fois le passeport acquis, la bénéficiaire est envoyée vers le pays d’accueil, où elle est vite confiée à une famille pour trois ans de contrat.

Aux dires de l’une des victimes revenue au Burkina Faso, les clauses du contrat consistent à reverser le salaire des trois premiers mois, soit 100 000 F CFA/mois, au compte de la trafiquante.

Le capitaine Issa Paré a confié que l’enquête se poursuit en vue de mieux élucider le problème.

Tags

Hippolyte YEO

Hello, Je suis Pharel Hippolyte YEO, passionné d'High-Tech et de culture. Sur AfrikMag, je vous donne des news fraiches concernant les innovations technologiques en Afrique, le Showbiz africain et la vie de la diaspora africaine. hyeo@afrikmag.com

Articles similaires

5 commentaires

  1. Si on ne les exploite pas sexuellement dans leurs pays d’accueil je ne vois pas le mal pour on emprisonne la dame. soient les gendarmes qui arrêtent et autres les autorités trouvent du travail à ces jeunes filles pour qu’ils ne partent plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer