CAN 2017Sport

CAN 2017 : Burkina Faso-Cameroun 1-1, jusqu’au bout de l’effort

Le gardien des Etalons du Burkina Faso est incontestablement l’homme du match. Hervé Kouakou Koffi, le gardien de l’Asec Mimosas de Côte d’Ivoire et international burkinabé a sauvé le Burkina Faso d’une défaite certaine.
Notamment en première mi-temps. Il a encaissé un but de débutant sur le coup de pied de Benjamin Moudjendjo (37èmemn). Placé derrière son mur, il était en retard de deux pas sur le ballon travaillé, angle opposé du capitaine camerounais.

Le gardien de 20 ans ne s’est pas démonté pour autant. Devant les errances des défenseurs des Étalons, il s’est montré décisif en contrant régulièrement, en position de dernier défenseur et hors de sa surface de réparation, une offensive  camerounaise. Un but qui aurait sonné comme un
coup de semonce.
CAN 2017 : Burkina Faso-Cameroun 1-1, jusqu’au bout de l’effort
Dans la deuxième partie de jeu, il s’est encore montré ferme sur un tir tendu de Jacques Zoua, bien cadré. Il a empêché l’Étalon de couler. Il a fait une entrée remarquable en coupe d’Afrique. Et le but marqué en fin de match par Issoufou Dayo sanctionne sa performance.

5

Le Burkina Faso et le Cameroun ont terminé le match sur les rotules. Les deux formations jouent à l’engagement. Les Lions Indomptables ont eu la première mi-temps pour eux. La machine n’est pas huilée, mais le jeu athlétique de Benjamin Moudjendjo et ses coéquipiers s’est imposé aux Burkinabé. Jonathan Pitroipa noyée, les montées offensives de Bakari Koné ne suffisaient pas pour perturber la défense camerounaise. Lente dans ses enchaînements et les relais, les Etalons ont subi la première partie.

CAN 2017 : Burkina Faso-Cameroun 1-1, jusqu’au bout de l’effort

Le match s’est équilibré après la pause. Ne renonçant jamais au combat, les joueurs de Paulo Duarte sont allés au bout de leurs efforts. A l’énergie. A la force de l’engagement. Bakari Koné, passeur décisif, Isssoufou Dayo, sociétaire de la Renaissance sportive de Berkane au Maroc, permet aux
Burkinabé de rester maîtres de leur destin.


1

La deuxième journée de la poule devient du coup une finale ou presque pour les quatre équipes. Les deux matches de poule s’étant achevés sur le score
de parité, 1-1 partout.

                                                                                                                                  Fernand Deddeh

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page