AthlétismeSport

Caster Semenya révèle ce qu’elle était prête à faire pour prouver qu’elle est une femme

La double championne olympique du 800 mètres Caster Semenya a proposé de montrer son vagin aux officiels de l’athlétisme lorsqu’elle avait 18 ans pour prouver qu’elle est une femme, a déclaré l’athlète sud-africaine dans une interview avec Real Sports de HBO.

Semenya, aujourd’hui âgée de 31 ans, est devenue célèbre en 2009 lorsqu’elle a remporté le titre mondial du 800 m féminin, quelques heures après que l’organe directeur mondial du sport a déclaré qu’elle devait subir des tests de vérification du sexe.

« Ils pensaient que j’avais un p*nis », a déclaré Semenya. Je leur ai dit : « C’est bon. Je suis une femme, je m’en fiche. Si vous voulez voir que je suis une femme, je vais vous montrer mon v*gin. D’accord ? »

LIRE AUSSI: “J’ai dû marcher nue pour prouver aux gens que j’étais une fille – Caster Semenya

Les tests de genre effectués sur Semenya auraient montré qu’elle n’avait pas d’utérus ou d’ovaires, mais qu’elle avait des testicules internes, les organes sexuels masculins qui produisent de la testostérone, et que son taux d’hormone était trois fois supérieur à celui d’une femme « normale. »

Caster Semenya souffre d’une maladie connue sous le nom d’hyperandrogénie, qui se caractérise par des niveaux de testostérone plus élevés que la normale, une hormone qui augmente la masse et la force musculaire ainsi que la capacité du corps à utiliser l’oxygène.

Elle a pris des médicaments après la première décision prise en 2011 par World Athletics – alors l’Association internationale des fédérations d’athlétisme – selon laquelle toutes les athlètes féminines atteintes d’hyperandrogénie devaient réduire médicalement leur taux de testostérone.

« Cela m’a rendu malade, m’a fait prendre du poids, m’a donné des crises de panique, je ne savais pas si j’allais avoir une crise cardiaque un jour. C’est comme se poignarder avec un couteau tous les jours. Mais je n’avais pas le choix. »

« J’avais 18 ans, je voulais courir, participer aux Jeux olympiques, c’était la seule option pour moi. »

L’avocat de World Athletics, Jonathan Taylor, qui s’exprimait lors de l’interview de HBO Real Sports, n’était pas d’accord avec les panels médicaux, y compris l’Association médicale mondiale, qui ont condamné l’organe directeur du sport pour avoir exigé que les femmes ayant des différences dans le développement du sexe (DSD) prennent des médicaments pour concourir.

« Vous dites que, d’un point de vue médical, ce n’est pas sain pour moi, alors ma question est la suivante : ‘Pourquoi les plus grands experts mondiaux disent-ils que c’est ce que nous prescrivons ?’, a déclaré Jonathan Taylor.


Semenya a répliqué : « Jonathan doit se couper la langue et la jeter. S’il veut comprendre comment cette chose m’a torturée, il doit aller prendre ces médicaments. Il comprendra. »

En 2020, Semenya a perdu son appel devant le Tribunal fédéral suisse pour annuler une décision du Tribunal arbitral de 2019 qui exigeants aux athlètes féminines ayant un taux de testostérone naturel élevé de prendre des médicaments pour le réduire.

Elle avait saisi le tribunal après que le TAS, la plus haute instance du sport, a jugé que les règlements de World Athletics étaient nécessaires pour les athlètes atteintes de DSD.

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page