À la UneCoronavirus
A la Une

« Ce serait une erreur monumentale de considérer la pandémie de coronavirus comme terminée », selon l’OMS

Le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que ce serait une « erreur monumentale » de penser que le danger de la pandémie de Covid-19 est passé et a exhorté les pays à poursuivre les mesures visant à limiter la propagation du coronavirus.

La situation s’améliore peut-être aux États-Unis et ailleurs, les gens se font vacciner et les infections et les décès diminuent, mais la COVID-19 reste un danger très réel et présent, a souligné le directeur général de l’OMS.

Publicité

Selon les chiffres de l’université Johns Hopkins, 170,5 millions de cas documentés ont été recensés dans le monde, dont 3,5 millions de décès. Près de 2 milliards de vaccins ont été administrés.

S’exprimant lors de la 74e Assemblée mondiale de la santé, M. Tedros a appelé les gouvernements du monde à travailler ensemble pour mettre fin à cette pandémie et à se préparer à la prochaine vague, en proposant un traité sur la préparation et la réponse aux pandémies.

« La réalité est que nous avons encore beaucoup de travail à faire pour mettre fin à cette pandémie », a déclaré Tedros dans son discours de clôture.

« Ce serait une erreur monumentale de la considérer comme terminée à ce stade. Nous sommes très encouragés par le fait que les cas et les décès continuent de diminuer dans le monde, mais ce serait une erreur monumentale pour tout pays de penser que le danger est passé. »

Il a appelé les États membres à viser la vaccination d’au moins 10 % de la population de tous les pays d’ici la fin du mois de septembre, et d’au moins 30 % d’ici la fin de l’année.

« Un jour – bientôt, espérons-le – la pandémie sera derrière nous, mais les cicatrices psychologiques resteront pour ceux qui ont perdu des êtres chers, les travailleurs de la santé qui ont été mis à rude épreuve, et les millions de personnes de tous âges confrontées à des mois de solitude et d’isolement.

Nous serons toujours confrontés aux mêmes vulnérabilités qui ont permis à une petite épidémie de devenir une pandémie mondiale.

Publicité 2

« Les questions que la pandémie nous pose ne peuvent pas simplement être répondues par de nouvelles institutions, de nouveaux mécanismes, de nouvelles installations ou de nouveaux processus. Les défis auxquels nous sommes confrontés sont profonds, et les solutions que nous concevons doivent l’être aussi. La recommandation qui, selon moi, contribuera le plus à renforcer l’OMS et la sécurité sanitaire mondiale est celle d’un traité sur la préparation et l’intervention en cas de pandémie, qui pourrait également renforcer les relations entre les États membres et favoriser la coopération », a souligné M. Tedros.

Lire aussi: « C’est prématuré et irréaliste de penser que nous allons en finir avec ce virus d’ici la fin de l’année » : l’OMS met en garde

Crédit photo : washingtontimes

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page