À la UneCôte d'IvoireMédias

Côte d’Ivoire: 32 ans après, Fulgence Kassy toujours une légende

La Côte d’Ivoire s’est réveillée abasourdie le 20 janvier 1989 en apprenant la mort du maitre du micro, de l’animateur vedette des années 80 à la RTI. Pour beaucoup de sa génération, il reste le meilleur animateur de tous les temps de la Côte d’Ivoire.

Fulgence Kassy, un nom, une marque déposée de l’animation en Côte d’Ivoire. Un homme qui a marqué son temps et le temps de ses condisciples comme les Georges Tai Benson, les Tonton Bouba, Eugène Kacou. Personne n’oubliera cet animateur dont le déhanché et le phrasé captivaient plus d’un téléspectateur.

Né le 16 novembre 1956, Roger Fulgence Kassy à 33 ans à la suite à d’une longue maladie sur laquelle encre et salive ont coulé. Grand animateur, il a été aussi un grand dénicheur de talents. Son ami Alpha Blondy lui en est toujours reconnaissant.

Que dire de Meiway dont l’éclosion est partie de l’émission Podium que Fulgence Kassy manageait avec maestria ? Aicha Koné se souvient de lui comme celui qui lui a tendu la perche dans l’émission “Première Chance”, Serges Kassy qui lui rendit un vivbrant hommage à sa mort, Alice Sofa etc…

Côte d'Ivoire: 32 ans après,  Fulgence Kassy toujours une légende
Roger Fulgence Kassy avait une prestance hors du commun

C’est d’ailleurs un an avant son décès qu’il prononce cette mémorable et éternelle phrase lors d’une émission de Podium: “Tant qu’il y aura des hommes et des femmes sensibles à la chose musicale et capables d’apprécier un bon chanteur et une belle orchestration musicale, Podium vivra“.

En plus d’avoir été un excellent animateur, Fulgence Kassy faisait montre d’un savoir faire journalistique en grand reportage. En 1984, il effectue un mémorable reportage de la France à Daloa, la ville natale de feu Ernesto Djédjé, décédé l’année précédente. Après avoir parcouru 6000 km, il se rend sur la tombe du Roi du Ziglibithy et constate déjà l’abandon de la tombe de l’artiste.

Quand Roger Fulgence Kassy meurt le 20 janvier 1989, les scènes d’hystérie constatées dans toute la Côte d’Ivoire n’ont d’égales que celles vues lors de la mort d’Ernesto Djédjé le 9 juin 1983, Houphouët-Boigny le 7 décembre 1993 et dans une moindre mesure Gnaoré Djimi, le Roi du Polihet, le 19 août 1996. Il repose à Kokoumbo sa ville natale dans le centre de la Côte d’Ivoire. Il aurait eu 65 ans cette année.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button