Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire: Recrudescence des « microbes » à Abidjan, qu’en est-il des mesures du gouvernement?

Le phénomène d’agression des “microbes”,  prend de plus en plus de l’ampleur ces derniers jours du côté d’Abidjan. Ces jeunes délinquants communément appelés “Microbes” par l’opinion commune, font la pluie et le beau temps dans les artères de la capitale économique de Côte d’Ivoire. Il ne se passerait plus un jour sans que les exactions de ces gangs ne soient signalées dans une commune de la capitale économique.

Confrontées à « l’impuissance » manifeste des forces de l’ordre, les populations exaspérées ont décidé de se faire justice. C’est ce qui a été constaté au cours de cette semaine à Adjamé-Williamsville où deux d’entre eux ont été lynchés à mort par une population en furie.

Publicité

Rappelons que le phénomène  des “microbes”  existe en Côte d’ivoire depuis la fin de la crise post-électorale en 2011 avec la chute de Laurent Gbagbo du pouvoir.

Le gouvernement ivoirien avait décidé de prendre le taureau par les cornes en procédant à la ressocialisation des gamins à l’issue d’un conseil des ministres tenu le vendredi 18 décembre 2015. Mais les efforts consentis ne semblent pas avoir porté les fruits escomptés.

Les nombreuses opérations lancées par la police nationale n’ont pas réussi à mettre hors d’état de nuire ces jeunes délinquants dont l’âge varie entre 15 et 25 ans. En attendant que le gouvernement réagisse, les citoyens d’Abidjan vont devoir subir encore les affres des microbes. Mais tout ceci jusqu’à quand? Seul l’avenir nous le dira.

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer