CoronavirusNigeria
A la Une

COVID-19: des Nigérians traînent la Chine devant les tribunaux, et réclament 200 milliards $ de compensation

Vingt-cinq Nigérians ont déposé une plainte contre la République populaire de Chine devant la Haute Cour du Territoire de la capitale fédérale (FCT) du Nigeria pour sa culpabilité présumée dans la propagation du Coronavirus et demandent une compensation de 200 milliards de dollars pour les effets néfastes de la pandémie sur leurs  moyens de subsistance.

Une équipe de 11 avocats principaux du Nigeria (SAN) et d’autres avocats dirigés par le professeur Epiphany Azinge (SAN) a déposé la plainte. 

Publicité

Les avocats disent que la pandémie de COVID-19 s’est répandue en raison de la négligence de la Chine, ce qui a provoqué des nuisances et de la violation des droits environnementaux et humanitaires, selon eux.

Les principaux accusés dans l’affaire sont la République populaire de Chine, le Parti communiste chinois, le ministre de la Justice de la Chine, le ministre en charge de la Commission nationale de la santé, la Commission nationale de la santé de la République populaire de Chine, l’Académie chinoise des sciences, l’Institut de virologie de Wuhan et Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.

Le demandeur dans le recours collectif intenté pour lui-même et d’autres Nigérians touchés par la pandémie de COVID-19 comprend;  Kingsley Obioha, Shehu Mohammed Bello, Goodrand Nigeria Limited, chef Ekene Ebuzeme, Prince Akin Oladipo, Sir Mark Olajide, M. Tanko Beji, chef Victor Nwosa, Chidi Onwuemere, Pasaya Travel and Tours Limited, Trips Shop Limited, Mme Susan Akporiaye,  Carolyn Asoanya, Jerry Azinge, Sa Majesté royale Williams Ezugwu, Ogugua Ogosi.

Les autres sont Ayobami Bakare, Olusegun Nelson, Oshineye Adebowole, Adeolu Odusesan, Yinka Omotosho, Mojeed Adelakun, Ajetoke Oyekan, Abdulhakeem Adeleke et Ademola Toromade.

Selon le premier requérant, Kingsley Obioha, un jeune juriste érudit qui représente la classe des praticiens du droit du pays, les praticiens du pays en raison de la pandémie n’ont pas été en mesure de mener des affaires juridiques et de comparaître devant le tribunal.

“La classe en raison de l’impasse et des restrictions qui en découlent continue de subir de lourdes pertes financières”, a déclaré Obioha.

Dans la même optique, Shehu Bello, le 2e demandeur et un opérateur du Bureau de change représentant la classe des commerçants de forex exerçant des activités à travers le pays, a fait valoir que le marché des changes a été fermé en raison de la pandémie, ce qui a fait perdre beaucoup à son pays.

“La plupart des opérateurs ont perdu leur capital en raison de la pandémie et, avec l’assouplissement des restrictions, on assiste à une volatilité du marché entraînant une baisse des investissements”, a déclaré le demandeur.

Publicité 2

Ils ont accusé la Chine de ne pas avoir agi conformément aux lois et aux dispositions du Règlement sanitaire international, 2005 qu’elle a également ratifié le 15 juin 2007 (le RSI) et de n’avoir pas informé rapidement l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de ses découvertes concernant la Covid-19.

Ils font valoir que l’action de la Chine constitue une violation des articles susmentionnés et, une négligence expresse d’une obligation internationale.

Parmi les secours demandés figurent une déclaration selon laquelle les accusés ont fait preuve de négligence dans leur gestion de l’épidémie de COVID-19 qui a entraîné des difficultés indicibles, la mort, la perte de moyens de subsistance et la perturbation des activités socio-économiques.

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer