Coronavirus

Covid-19 : le vaccin développé par la Russie confronté déjà à des difficultés

Vladimir Poutine a annoncé le mois dernier la création du tout premier vaccin contre le coronavirus, le Sputnik V ajoutant qu’il fonctionne « assez efficacement » pour former une immunité stable.

S’exprimant à la télévision d’État russe à l’époque, le président a même affirmé qu’une de ses filles s’était fait inoculer le vaccin. « Elle a participé à l’expérience », a-t-il indiqué, affirmant qu’elle avait eu un peu de température, « et c’est tout ».

Les autorités russes ont désigné les enseignants – ainsi que les médecins – comme les principaux travailleurs qui auront accès au vaccin en premier, avant même que les essais cruciaux de la phase 3 sur l’homme ne soient terminés.

Publicité

Mais cela n’a pas été bien accueilli par certains travailleurs de première ligne qui ne croient pas aux affirmations de Poutine sur l’efficacité du vaccin et sont réticents à être utilisés comme cobayes humains.

Le 1er septembre, les salles de classe russes ont rouvert pour la première fois depuis le début de la pandémie de coronavirus en mars. Les enseignants étaient censés être parmi les premiers à bénéficier du nouveau vaccin russe contre le coronavirus, compte tenu notamment du contact étroit avec des centaines d’enfants auxquels ils sont exposés quotidiennement. Mais peu d’entre eux – voire aucun – ont jusqu’à présent accepté l’offre de se faire vacciner.

Développé par l’Institut Gamaleya basé à Moscou, le vaccin Sputnik-V a été nommé d’après le lancement surpris en 1957 du premier satellite au monde par l’Union soviétique.

L’annonce de la découverte de ce vaccin a d’abord suscité une inquiétude générale et des questions sans réponse sur sa sécurité et son efficacité.

Un syndicat d’enseignants russes, « Uchitel », a lancé une pétition en ligne appelant ses membres à rejeter purement et simplement le vaccin pour des raisons de sécurité.  Le syndicat a également exprimé son inquiétude quant au fait que la vaccination – actuellement volontaire – ne devrait pas être rendue obligatoire tant que les essais cliniques ne sont pas terminés.

Yuri Varlamov, un enseignant de Moscou et membre du syndicat, a déclaré qu’il ne voulait pas prendre le vaccin parce qu’il ne pensait pas qu’il était sûr pour le moment.

« Avant la fin des essais, ils ne peuvent pas le rendre obligatoire. Mais je sais que dans certaines écoles et certains organismes publics, les gens parlent de rendre ce vaccin obligatoire d’ici la fin de l’année », a déclaré M. Varlamov.

Marina Balouyeva, coprésidente du syndicat « Uchitel », a déclaré qu’une pétition contre la vaccination obligatoire des enseignants était plutôt une précaution.

Mme Balouyeva a déclaré qu’elle se méfiait du Sputnik V pour plusieurs raisons. « Tout d’abord, il est généralement connu que la qualité des vaccins nationaux est pire que celle des vaccins étrangers », a-t-elle déclaré.

Publicité 2

« Deuxièmement, le vaccin a été créé à la vitesse du chemin de fer, ce qui suscite déjà des inquiétudes. Il a été créé à la hâte. »

Malgré les promesses des autorités que la prise du vaccin sera volontaire, elle craint que les choses puissent se passer différemment dans la réalité, comme cela arrive souvent dans les institutions de l’État russe.

En plus des enseignants, certains médecins ont également soulevé les mêmes inquiétudes concernant la sécurité de la dose et ont déclaré qu’ils ne prendront le vaccin qu’une fois qu’il sera autorisé après la troisième phase des essais cliniques actuellement en cours.

Crédit photo : theconversation

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page