Science

Des médecins lancent une procédure médicale qui pourrait retarder la ménopause de 20 ans

Une procédure médicale visant à permettre aux femmes de retarder la ménopause d’au moins 20 ans a été lancée par des spécialistes de la fécondation In-Vitro (FIV) en Grande-Bretagne.

Les médecins affirment que la procédure pourrait profiter à des milliers de femmes qui souffrent de graves problèmes de santé, tels que des problèmes cardiaques et une ostéoporose affaiblissant les os, qui sont causés par la ménopause.

Publicité

Selon les spécialistes elle pourrait également améliorer la vie de millions d’autres femmes en retardant l’apparition des symptômes les plus courants de la ménopause ; la dépression, l’anxiété, l’insomnie, les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes et une baisse de la libido.

La procédure, qui coûte entre 7 500 euros et 12 000 euros est proposée aux femmes jusqu’à l’âge de 40 ans par ProFam, une société basée à Birmingham et créée par Simon Fishel, médecin spécialisée en FIV et président de UK Care Fertility Group, en collaboration avec d’autres spécialistes.

« Cette procédure a le potentiel d’être d’un grand avantage pour toute femme qui veut retarder la ménopause pour quelque raison que ce soit, ou pour les femmes qui auraient subi une thérapie de remplacement hormonal », a déclaré le professeur Fishel à the Guardian.

Neuf femmes ont déjà eu recours à la procédure qui consiste à prélever un bout de tissu ovarien via une chirurgie en trou de serrure, puis à le congeler. Lorsque ces femmes entreront en phase de ménopause, les tissus congelés pourront être greffés dans le corps. Si le tissu ovarien survit au processus, il devrait combler le déclin des hormones sexuelles et retarder la ménopause.

Lorsque les femmes entrent en ménopause, potentiellement dans des décennies, les tissus congelés peuvent être décongelés et greffés dans le corps. Pour rétablir les niveaux d’hormones en chute libre, les médecins choisissent généralement un site avec une bonne irrigation sanguine, comme l’aisselle. Si le tissu ovarien survit au processus, il devrait rétablir le déclin des hormones sexuelles de la femme et arrêter la ménopause.

« Il s’agit du tout premier projet au monde capable de fournir à des femmes en bonne santé la cryoconservation du tissu ovarien dans le seul but de retarder la ménopause », a déclaré au Sunday Times Yousri Afifi, médecin en chef de l’entreprise ProFam.

Publicité 2


Toutefois, les chances d’efficacité du retardement de la ménopause sont liées à l’âge de la femme au moment de la greffe. Le tissu prélevé sur une femme de 25 ans peut retarder la ménopause de 20 ans, alors que celui prélevé sur une femme de 40 ans ne peut retarder l’échéance de seulement cinq ans.

En plus de retarder la ménopause, les médecins croient que l’intervention pourrait permettre aux Services de santé nationaux (SSN) d’économiser des sommes substantielles en réduisant les coûts de traitement de la ménopause et des problèmes connexes plus graves, comme les problèmes cardiaques et l’ostéoporose.

Crédit photo : bbc

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer