Société

Égypte: 5 jeunes femmes en prison pour avoir publié des vidéos “indécentes” sur TikTok

Un tribunal égyptien a condamné cinq jeunes femmes à deux ans de prison pour avoir publié des vidéos de danse “indécentes” sur TikTok.

Le communiqué de l’accusation cite deux des accusées, l’étudiante de 20 ans Haneen Hossam et Mawada Eladhm, 22 ans, et explique que les trois autres avaient aidé à gérer leurs comptes sur les réseaux sociaux.

Publicité

Les jeunes femmes ont également été condamnées à une amende de 300 000 livres égyptiennes ( environ 16 000 euros ) chacune pour «violation des valeurs et principes de la famille égyptienne», incitation à la débauche et promotion de la traite des êtres humains, selon un communiqué du parquet.

Haneen Hossam et Mawada Eladhm sont devenues célèbres grâce à TikTok, rassemblant des millions d’abonnés  pour leurs extraits vidéo qui incluent le partage d’images d’elles-mêmes se maquillant, posant dans des voitures, dansant dans les cuisines et faisant des sketchs amusants.

Cependant, leur célébrité sur les réseaux sociaux a provoqué leur perte dans le pays, où les citoyens peuvent se retrouver en prison pour de vagues crimes tels que «abuser des réseaux sociaux», «diffuser de fausses nouvelles» ou «inciter à la débauche et à l’immoralité».

Leurs avocats ont juré de faire appel de la décision.

L’avocat d’Eladhm, Ahmed el-Bahkeri, a confirmé la condamnation, affirmant que l’accusation avait jugé les photos et vidéos d’Eladhm comme «honteuses et insultantes».

« Eladhm pleurait au tribunal.  Deux ans?  300 000 livres égyptiennes?  C’est vraiment quelque chose de très difficile à entendre », a déclaré Samar Shabana, l’assistante de l’avocat.

« Elles veulent juste des abonnés .  Elles ne font partie d’aucun réseau de prostitution et ne savaient pas que c’était ainsi que leur message serait perçu par les procureurs », a-t-elle ajouté, en référence à leurs messages encourageant les jeunes femmes à partager des vidéos et discuter avec des inconnus en échange d’argent sur une autre plate-forme de réseau social.

Publicité 2

Une pétition en ligne largement diffusée a décrit les arrestations comme une «répression systématique visant les femmes à faible revenu», à la suite de l’arrestation, 10 utilisatrices de TikTok ont ​​été arrêtées ou poursuivies par les autorités ces derniers mois.

Elles pourront faire appel le 17 août.

Il a été récemment révélé que TikTok qui est une application chinoise espionne les utilisateurs d’IPhone en lisant secrètement leurs contenus enregistrés.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page