Politique

Zimbabwe : Emmerson Mnangagwa limoge deux ministres après plusieurs critiques

Le président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, a limogé samedi deux ministres qu’il avait récemment nommés, une décision qui est largement considéré comme une réponse à un tollé général suscité par les nominations.

Mnangagwa, 75 ans, a nommé jeudi soir les membres de son gouvernement et devrait nommer deux vice-présidents à la suite d’un congrès spécial de la ZANU-PF à la mi-décembre.

Publicité

Mais il a rapidement remplacé le ministre de l’Education, Lazarus Dokora, par Paul Mavima, un professeur et un législateur du ZANU-PF.

Le professeur Clever Nyathi a également été limogé de son poste de ministre du Travail en faveur de Petronella Kagonye, ​​également législateur de la ZANU-PF, bien que Nyathi reste conseiller spécial pour la paix et la réconciliation nationale.

Un communiqué du gouvernement a déclaré que les changements étaient nécessaires pour « assurer le respect de la constitution et des considérations de genre, de démographie et de besoins spéciaux ».

Emmerson Mnangagwa a été critiqué pour avoir changé les responsables qui ont servi sous la présidence de l’ancien président et pour avoir nommé deux alliés militaires aux plus hauts postes de son nouveau gouvernement.

Dokora, qui avait servi dans le gouvernement de Mugabe depuis 2013, a été vivement critiqué pour avoir introduit des changements dans le programme d’éducation du pays, une restructuration qui était considérée comme une menace pour le système éducatif autrefois apprécié.

Sibusiso Moyo, un général important de l’armée, qui le 15 novembre, avait annoncé à la télévision d’Etat la prise du pouvoir par l’armée est le nouveau ministre des Affaires étrangères.

Le nouveau ministre des affaires foncières est le chef de l’armée de l’Air, le maréchal Perence Shiri. Ce dernier avait dirigé une unité spéciale nord-coréenne qui aurait commis des atrocités lors de la répression d’une rébellion dans la province occidentale du Matabeleland au début des années 1980. 20 000 personnes avaient été tuées.

Publicité 2

Le ministre de l’Information et chef des anciens combattants, Christopher Mutsvangwa assumera le rôle de conseiller spécial du président.

Mnangagwa doit assermenter les membres de son cabinet lundi après avoir succédé à Mugabe, qui a dirigé le pays en Afrique du Sud pendant 37 ans.

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page