Afrique

Afrique/Enquête : une personne sur quatre doit verser des pots-de-vin pour accéder aux services

La dixième édition du Baromètre mondial de la corruption (GCB) – Afrique, publiée à l’occasion de la Journée africaine de la lutte contre la corruption par Transparency International en partenariat avec Afrobaromètre, a révélé qu’une personne sur quatre doit verser des pots-de-vin pour accéder aux services en Afrique.

Cinquante-neuf pour cent des personnes interrogées pensent que leur gouvernement s’attaque mal à la corruption. La 10e édition du Baromètre mondial de la corruption est l’enquête d’opinion la plus importante et la plus détaillée portant sur les opinions des citoyens par rapport aux pots-de-vin et autres formes de corruption en Afrique.

Publicité

Les résultats montrent que plus d’une personne sur quatre qui a eu accès à des services publics, tels que les soins de santé et l’éducation, a versé un pot-de-vin l’année précédente. Cela équivaut à environ 130 millions de personnes.

Le rapport souligne également que la corruption affecte de manière disproportionnée les plus vulnérables, les plus pauvres qui doivent verser des pots-de-vin deux fois plus souvent que les plus riches. Les jeunes versent plus de pots-de-vin que les personnes âgées de plus de 55 ans.

« La corruption entrave le développement économique, politique et social de l’Afrique. C’est un obstacle majeur à la croissance économique, à la bonne gouvernance et aux libertés fondamentales, comme la liberté d’expression ou le droit des citoyens à demander des comptes aux gouvernements », a déclaré Patricia Moreira, directrice générale de Transparency International.  « Bien que les gouvernements aient encore beaucoup de chemin à faire pour regagner la confiance des citoyens et réduire la corruption, ces choses n’existent pas dans le vide. La corruption étrangère et le blanchiment d’argent détournent des ressources critiques des services publics, et ce sont les citoyens ordinaires qui en souffrent le plus ».

La police est considérée comme l’institution la plus corrompue, 47 % des gens estimant que la plupart ou la totalité des policiers sont corrompus. De nombreux citoyens pensent également que les fonctionnaires et les parlementaires sont très corrompus, à 39 % et 36 % respectivement.

Comme dans l’édition précédente du GCB pour l’Afrique, la police affiche toujours le taux de corruption le plus élevé sur le continent. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles les deux tiers des personnes interrogées craignent des représailles pour avoir dénoncé la corruption.

« Pour réduire le lourd fardeau de la corruption sur les gens ordinaires, les États africains qui ne l’ont pas encore fait devraient ratifier et mettre en œuvre efficacement la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption », a déclaré Paul Banoba, conseiller régional pour l’Afrique orientale à Transparency International. « Les Africains croient qu’ils peuvent faire une différence. Les gouvernements doivent leur donner la possibilité de le faire », a-t-il ajouté.

Transparency International exhorte les gouvernements à mettre en pratique les engagements anti-corruption et à enquêter, poursuivre et sanctionner tous les cas de corruption signalés, tant dans le secteur public que dans le secteur privé, sans exception ;

Élaborer des normes et des lignes directrices minimales en matière d’approvisionnement éthique et mettre en place de solides pratiques d’approvisionnement sur l’ensemble du continent grâce à la formation, à la surveillance et à la recherche ; Adopter des pratiques de passation de marchés ouverts, qui rendent les données et la documentation plus claires et plus faciles à analyser et garantissent la transparence des procédures de recrutement ;

Créer des mécanismes pour recueillir les plaintes des citoyens et renforcer la protection des dénonciateurs afin que les citoyens puissent signaler les cas de corruption sans crainte de représailles; Permettre aux médias et à la société civile de demander des comptes aux gouvernements ; Soutenir la transparence du financement des partis politiques ; Permettre la coopération transfrontalière pour lutter contre la corruption.

Pub


Les autorités devraient également établir des registres publics qui nomment les propriétaires des sociétés fictives, adopter et appliquer des lois sur les avoirs volés.

En outre, les chefs d’entreprise et les conseils d’administration des entreprises, y compris les multinationales opérant en Afrique, devraient appliquer de manière efficace et transparente les normes internationales les plus strictes en matière de lutte contre la corruption et le blanchiment de capitaux.

Crédit photo : howafrica

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer