Afrique

Guinée : Polémique autour du graffiti de l’ex-président Sékou Touré. l’auteur du graffiti réagit!

Un graffiti à l’effigie de l’ancien président guinéen Sékou Touré suscite la controverse dans la capitale, Conakry.

La peinture murale est située dans le district administratif de Kaloum, où quatre hauts fonctionnaires de l’Etat sous haute instruction de Sékou Touré selon des sources concordantes ont été exécutés en janvier 1971. Les quatre étaient accusés d’avoir comploté contre le régime entre 1958 et 1984.

Publicité

Ce graffiti a ravivé la passion pour le père de l’indépendance qui a dirigé la Guinée avec autorité pendant 26 ans.

Guinée : Polémique autour du graffiti de l'ex-président Sékou Touré. l'auteur du graffiti réagit!

« Nous avions demandé une stèle à ce niveau pour commémorer toutes ces pendaisons, ce qui n’a pas été fait malgré les promesses de l’époque. Ce bourreau assoiffé de sang, le bourreau, est magnifié sur une section de ce pont, où il a pendu des êtres humains, je pense que c’est encore trop cher à payer », a déclaré Fodé Marega, membre de l’association des victimes du Camp Boiro.

Guinée : Polémique autour du graffiti de l'ex-président Sékou Touré. l'auteur du graffiti réagit!

« Si mon père avait été pendu, aurais-je eu les mêmes réactions ? Ce sont les questions que nous nous posons aussi dans notre mouvement, donc nous sommes très sensibles à leurs cris de cœur, mais nous voulons leur demander, ainsi qu’à tous les Guinéens de se donner la main pour parvenir à un véritable pardon, car nos parents sont morts, nous ne pouvons pas les ramener à la vie, mais nous pouvons les honorer », a déclaré Soninké Diane, un membre du mouvement ‘Sékou Touré’.

Chimère Ndiaw, l’artiste à l’origine de la murale affirme avoir reçu l’autorisation des autorités locales. Il a déclaré que ses intentions étaient nobles.

« C’est de l’art, nous faisons quelque chose de beau, les gens viennent prendre des photos, donc chaque pays a aussi son histoire, mais nous ne l’avons pas fait pour contrarier l’association. Au contraire, si cela les a touchés, nous demandons pardon, car ce n’était pas notre intention, ce n’était pas une chose politique. Nous n’avons pas été financés par quelqu’un », a-t-il expliqué.

Publicité 2

Le graffiti porte également l’image du premier président du Ghana, Kwame Nkrumah et de l’ancien président burkinabé, Thomas Sankara.

Crédit photo : africanews

 

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page