À la UneMonde
A la Une

Le rapport accablant des experts de l’ONU sur le réchauffement de la planète est une « alerte rouge pour l’humanité »

Un nouveau rapport accablant des Nations Unies publié aujourd’hui, le 9 août, avertit les pays que les humains sont sans équivoque le moteur du réchauffement climatique, avec des effets dévastateurs déjà observés dans le monde entier.

L’évaluation intervient alors que des incendies de forêt ont ravagé certaines parties de la Grèce, de l’Italie, des États-Unis et du Canada ces dernières semaines, dressant un tableau de l’impact de la combustion de combustibles fossiles et de la déforestation.

Le rapport de l’ONU avertit que l’avenir du monde est sombre s’il ne parvient pas à s’attaquer rapidement à la crise.

Publicité

Alors que le climat de la Terre change naturellement, les scientifiques affirment que le monde se réchauffe à un rythme sans précédent depuis au moins 2 000 ans.

Lire aussi: https://www.afrikmag.com/rapport-experts-climats-de-lonu-voici-le-portrait-de-la-terre-en-2050/


Le réchauffement climatique entraîne la désoxygénation, l’acidification et la hausse des températures de la mer, affectant ses écosystèmes et la circulation qui détermine les conditions météorologiques.

Le changement climatique d’origine humaine entraîne déjà des changements climatiques extrêmes, avec davantage de vagues de chaleur, de fortes pluies, de sécheresses et de cyclones tropicaux, selon le rapport de l’ONU.


Le rapport indique que l’humanité est très probablement le principal moteur de la fonte des glaciers, du réchauffement des océans et de l’élévation du niveau des mers.

Le rapport, qui s’appuie sur plus de 14 000 articles scientifiques, est décrit par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres comme un « code rouge pour l’humanité ».

Lire aussi: https://www.afrikmag.com/la-plupart-des-hommes-seront-incapables-de-produire-du-sperme-de-qualite-dici-2045-selon-une-scientifique-americaine/

D’ici 2041, le monde atteindra ou dépassera des augmentations de température de 1,5°C – une limite que les pays se sont engagés à éviter les conséquences les plus dangereuses du réchauffement climatique, indique le rapport.


Atteindre ce nombre pourrait faire monter le niveau de la mer d’au moins 11 à 22 pouces d’ici 2100, mais l’impact pourrait être encore pire si les émissions restent élevées.


Sans réduction rapide et profonde des gaz à effet de serre, les températures devraient dépasser les limites de 1,5°C et 2°C fixées dans le traité climatique de Paris d’ici le milieu du 21e siècle.


Chaque augmentation de 0,5°C entraîne une aggravation des vagues de chaleur, des sécheresses, des inondations et des fortes pluies, ajoute le rapport.

Publicité 2

L’un des principaux auteurs du rapport, le Dr Tamsin Edwards, a déclaré: « A moins qu’il n’y ait des réductions immédiates, rapides et à grande échelle des émissions de gaz à effet de serre, l’objectif de 1,5°C sera hors de portée. »

Les villes sont menacées par le réchauffement climatique, avec des températures plus chaudes lors des vagues de chaleur et des crues soudaines dues aux fortes pluies.

L’étude avertit également que des événements improbables tels que l’effondrement de la calotte glaciaire, des changements brusques de la circulation océanique – qui déterminent les conditions météorologiques – et un réchauffement beaucoup plus important ne peuvent être exclus.

Cependant, le rapport indique que l’humanité pourrait encore faire un changement pour le mieux si elle agit maintenant.


Le scénario le plus optimiste du GIEC décrit un monde où les émissions mondiales de CO2 sont réduites à zéro net vers 2050. Les sociétés passent à des pratiques plus durables, l’accent passant de la croissance économique au bien-être général. Les investissements dans l’éducation et la santé augmentent. L’inégalité tombe. 

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page