À la UneAfrique
A la Une

La CEDEAO révèle le nombre d’attentats et de morts enregistrés au cours des six premiers mois de l’année

L’organisation sous-régionale ouest-africaine (CEDEAO) est sur le point de discuter du renforcement d’une force régionale en attente pour lutter contre l’insécurité et les menaces de coups d’État

L’Afrique de l’Ouest a enregistré plus de 1 800 attaques au cours des six premiers mois de l’année, faisant près de 4 600 morts avec des conséquences humanitaires désastreuses, ce qui, selon un haut responsable régional, n’est qu’ ‘un « extrait de l’impact épouvantable de l’insécurité ».

5

Omar Touray a déclaré mardi au Conseil de sécurité des Nations Unies qu’un demi-million de personnes dans les 15 pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sont des réfugiés et près de 6,2 des millions sont déplacés à l’intérieur du pays.

Sans une réponse internationale adéquate aux 30 millions de personnes ayant besoin de nourriture dans la région, ce nombre pourrait passer à 42 millions d’ici à la fin août, a-t-il ajouté.

Touray, qui est président de la Commission de la CEDEAO, a accusé le crime organisé, la rébellion armée, les changements anticonstitutionnels de gouvernement, les activités maritimes illégales environnementales, les crises environnementales et les fausses nouvelles d’avoir conduit à l’insécurité dans la région.

Il a déclaré que la région s’inquiétait de la résurgence de l’armée, avec trois pays – le Mali, le Burkina Faso et la Guinée – sous régime militaire.

« Le renversement des acquis démocratiques va de pair avec l’insécurité à laquelle l’Afrique de l’Ouest et le Sahel sont confrontés depuis un certain temps maintenant », a déclaré Touray, un ancien ministre gambien des Affaires étrangères.

Entre janvier et le 30 juin, il y a eu 2 725 attaques au Burkina Faso, 844 au Mali, 77 au Niger et 70 attaques au Nigeria qui ont toutes fait 4 593 morts, selon Touray.

Il a ajouté que les attentats au Bénin et au Togo, qui ont des côtes sur l’océan Atlantique, sont « une indication frappante de l’expansion du terrorisme vers les États riverains, une situation qui constitue une menace supplémentaire pour la région ».


1

Les chefs d’état-major de la CEDEAO ont tenu des consultations pour renforcer une force régionale en attente « de manière à lui permettre de soutenir les États membres dans la lutte contre le terrorisme et contre les menaces à l’ordre constitutionnel », a-t-il révélé.

Touray a déclaré que les chefs militaires proposaient deux options, la création d’une brigade de 5 000 hommes pour un coût annuel de 2,3 milliards de dollars ou le déploiement de troupes à la demande pour un coût annuel de 360 ​​​​millions de dollars.

Il a réitéré la demande de l’Union africaine pour que les opérations de paix africaines reçoivent un financement du budget ordinaire de l’ONU, auquel contribuent les 193 États membres de l’ONU.

Ahmad Diallo

Je suis Ahmad Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Email : aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page