À la UneAsiePolitique
A la Une

La dirigeante birmane déchue Aung San Suu Kyi condamnée à quatre ans de prison

La dirigeante birmane déchue, Aung San Suu Kyi, a été condamnée à quatre ans de prison, des mois après que son gouvernement a été renversé par l’armée et qu’elle a été arrêtée, provoquant une condamnation internationale. 

Le lundi 6 décembre, elle a été reconnue coupable d’incitation à la dissidence et d’infraction aux règles de Covid en vertu d’une loi sur les catastrophes naturelles et fait maintenant face à 11 chefs d’accusation au total, qu’elle a tous niés.

Elle est assignée à résidence depuis février lorsque l’armée a lancé un coup d’État, renversant son gouvernement civil élu et détenant des dirigeants.


On ne sait pas quand ou si Mme Suu Kyi sera envoyée en prison.


Le coaccusé Win Myint, l’ancien président et allié du parti de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) de Mme Suu Kyi, a également été emprisonné lundi pour quatre ans pour les mêmes chefs d’accusation.

Le Dr Sasa, porte-parole du gouvernement d’unité nationale nouvellement formé, un groupe composé de personnalités pro-démocratie et d’opposants au coup d’État, a déclaré ;

« Elle ne va pas bien… les généraux militaires se préparent à 104 ans de peine de prison pour elle. Ils veulent qu’elle meure en prison », a-t-il déclaré.


L’armée s’était emparée du pouvoir en alléguant une fraude électorale lors des élections générales tenues l’année dernière, au cours desquelles la NLD avait remporté une victoire écrasante.

La dirigeante birmane déchue Aung San Suu Kyi condamnée à quatre ans de prison

Cependant, des observateurs électoraux indépendants ont déclaré que les élections étaient largement libres et équitables. 

La dirigeante birmane déchue Aung San Suu Kyi condamnée à quatre ans de prison

Le coup d’État a déclenché des manifestations et des protestations généralisées et l’armée birmane a réprimé les manifestants, les militants et les journalistes pro-démocratie, tuant plus de 1 000 manifestants selon Amnesty International.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page