MondePolitique

« La Russie ne gagnera pas la guerre en Ukraine » : le chancelier allemand envoie un message fort à Vladimir Poutine

Selon le chancelier allemand, Olaf Scholz, Vladimir Poutine a échoué dans tous ses objectifs stratégiques et ne dictera pas les termes de la paix.

Le président russe Vladimir Poutine ne gagnera pas la guerre en Ukraine, a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz, tout en soulignant que l’OTAN ne deviendra pas une partie active du conflit.

S’exprimant jeudi au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, le dirigeant allemand a également déclaré que Poutine avait déjà échoué dans tous ses objectifs stratégiques.

« Le dirigeant russe a sous-estimé la détermination et la force des alliés pour contrer son agression en Ukraine », a déclaré M. Scholz. « Notre objectif est très clair : Poutine ne doit pas gagner cette guerre. Et je suis convaincu qu’il ne la gagnera pas. »

Le projet de la Russie de s’emparer de toute l’Ukraine est « plus loin de se réaliser aujourd’hui qu’il ne l’était au début » de son invasion, car l’Ukraine continue d’opposer une défense impressionnante, a-t-il ajouté.

Après avoir échoué à s’emparer de la capitale ukrainienne, Kiev, ou de sa deuxième ville, Kharkiv, les forces russes tentent de prendre le contrôle total de la région orientale de Donbas et ont également progressé dans le sud du pays, en dépit d’une résistance ukrainienne acharnée et de sanctions occidentales sévères contre Moscou.

Des responsables ukrainiens ont déclaré que les forces russes avaient tenté jeudi de prendre d’assaut le centre industriel assiégé de Severodonetsk et la ville voisine de Lysychansk, point central de la nouvelle offensive de Moscou dans la région du Donbas.

M. Scholz, qui s’est entretenu plusieurs fois avec Poutine au téléphone depuis l’invasion de Moscou, a déclaré : « Poutine ne négociera sérieusement la paix que lorsqu’il réalisera qu’il ne peut pas briser les défenses de l’Ukraine. »

Les alliés occidentaux, qui ont armé l’Ukraine et imposé de lourdes sanctions à la Russie, continueront à soutenir Kiev, a-t-il promis. « Il s’agit de faire comprendre à Poutine qu’il n’y aura pas de paix dictée. L’Ukraine ne l’acceptera pas et nous non plus. »


Il a souligné une fois de plus que rien ne sera fait « pour faire de l’OTAN une partie au conflit, car cela signifierait une confrontation directe entre puissances nucléaires. »

Il s’est toutefois dit encouragé par le fait que la Finlande et la Suède se rapprochent de l’alliance militaire, les deux pays ayant accepté la semaine dernière de demander leur adhésion.

Le chancelier a ajouté que Poutine avait sous-estimé l’unité et la force avec lesquelles le G7, les principaux pays industrialisés, l’OTAN et l’Union européenne avaient répondu à son invasion.

Crédit photo : dw

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page