Science

Les dons de sperme d’hommes morts devraient être autorisés, selon une étude

Les dons de sperme provenant d’hommes morts sont « éthiquement acceptables », affirment des médecins qui cherchent à remédier à la pénurie de donneurs vivants au Royaume-Uni.

Une étude publiée dans Journal of Medical Ethics Monday propose que les hommes puissent « notifier leur désir de donner leur sperme après leur mort pour qu’il soit utilisé par des étrangères. »

Une telle procédure serait similaire au don d’organes, ont écrit dans l’étude le Dr Nathan Hodson de l’Université de Leicester et le Dr Joshua Parker de l’hôpital Wythenshawe de Manchester.

Publicité

« S’il est moralement acceptable que des individus puissent faire don de leurs tissus pour soulager la souffrance d’autres personnes, nous ne voyons aucune raison pour que cela ne puisse pas être étendu à d’autres formes de souffrance comme l’infertilité, qui peut ou non être considérée comme une maladie », indique l’étude.

Les mécanismes du don, disent-ils, sont tout à fait réalisables par électro-éjaculation ou par des méthodes chirurgicales.

Les spermatozoïdes seraient cryopréservés après leur collecte et décongelés pour utilisation, selon les auteurs.

Les scientifiques ont déclaré que le prélèvement de sperme après la mort est possible depuis de nombreuses années et qu’il est prouvé qu’il peut être utilisé pour la reproduction. Le sperme prélevé même jusqu’à 48 heures après la mort peut donner lieu à des grossesses viables et à des enfants en bonne santé, ont-ils dit.

Pénurie de donneurs de sperme au Royaume-Uni

Ce processus permettrait de remédier à la pénurie actuelle de donneur de sperme au Royaume-Uni, une situation qui a conduit la Grande-Bretagne à importer des dons de sperme à des fins commerciales pour faire face à la demande des couples qui cherchent à concevoir.

En 2017, on estime que 4 000 échantillons ont été importés des États-Unis et 3 000 autres du Danemark, selon le ministère britannique de la santé et de l’aide sociale.

Les chercheurs ont fait valoir que le sperme ainsi donné pouvait apporter un réconfort à la famille endeuillée du donneur.

« Les familles endeuillées se consolent généralement en sachant que les organes de leur proche ont été utilisés pour améliorer la vie d’autres personnes. »

Publicité 2

« Compte tenu de la valeur que la société accorde à la parentalité et à l’éducation des enfants, il y a des raisons de croire que les familles de donneurs réagiraient de la même manière en ce qui concerne le don de spermes. »

Mais, selon la Human Fertilisation and Embryology Authority (HFEA), l’agence britannique qui réglemente les cliniques de fertilité, les donneurs devraient être sélectionnés conformément aux exigences et aux directives légales. Cela inclut les examens médicaux qui ne peuvent être effectués que du vivant du donneur.

Selon la HFEA, les donneurs doivent être pleinement informés du processus et de ses implications, recevoir des conseils et consentir à la procédure.

Crédit photo : greencamp

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer