À la UneAfrique
A la Une

Les États-Unis s’inquiètent que la Chine soit devenue le meilleur ami de l’Afrique – que fait donc Trump ?

Dans une récente interview accordée à la BBC, Tibor Nagy, le secrétaire d’État adjoint américain aux affaires africaines, a fait la remarque suivante : « Pendant trop longtemps, nous avons constaté que lorsque les investisseurs frappent à la porte, et les Africains ouvrent, la seule personne qui se tient là, ce sont les Chinois. »

Les propos de M. Nagy mettent en évidence la diminution de l’influence des États-Unis en Afrique au cours de la dernière décennie. Les investissements américains en Afrique étant de moins en moins importants, la Chine s’est imposée davantage. Mais selon Judd Devermont, directeur du programme Afrique au Centre d’études stratégiques et internationales, la réduction des investissements en Afrique n’est pas propre aux États-Unis. « Le commerce entre l’Afrique et la plupart des pays européens a diminué entre 2010 et 2017 », a-t-il déclaré à CNBC.

L’African Growth and Opportunity Act (AGOA) reste la plus grande initiative commerciale des États-Unis en Afrique. L’accord commercial a été signé pour améliorer les relations commerciales entre l’Afrique subsaharienne et les États-Unis. L’AGOA offre aux pays africains un accès en franchise de droits au marché américain pour plus de 6 000 lignes de produits. À son apogée en 2008, l’AGOA affichait un volume commercial de 80 milliards de dollars et a chuté à un volume de 23 milliards de dollars l’année suivante. De nombreux pays africains ne trouvent plus l’AGOA adaptée à la promotion des relations économiques, car elle expire en 2025.

Publicité

Par exemple, les producteurs kenyans ne sont autorisés à exporter que trois sortes de légumes vers les États-Unis sur les 15 qu’ils cultivent pour le marché de l’exportation. Des pays comme l’Érythrée, la Côte d’Ivoire et la République centrafricaine ont également vu leur éligibilité à l’AGOA révoquée en raison de violations des droits de l’homme ou de l’absence de réformes politiques ou économiques.

Les pays africains sont en train de redéfinir la nature de leurs relations commerciales avec les États-Unis. Certains cherchent à conclure un accord bilatéral avec les États-Unis car ils ne trouvent plus utile l’approche américaine du multilatéralisme.

Le Kenya et les États-Unis négocient actuellement un accord de libre-échange (ALE). Si cet accord est adopté, il s’agira du premier accord commercial bilatéral conclu par les États-Unis avec un pays d’Afrique subsaharienne. Le représentant américain au commerce, l’ambassadeur Robert Lighthizer, a déclaré que cet accord sera un modèle pour les futurs accords commerciaux avec d’autres nations africaines.

La Chine a été le plus grand partenaire commercial de l’Afrique au cours de la dernière décennie, avec des volumes commerciaux atteignant 208 milliards de dollars en 2019, selon les chiffres du ministère chinois du Commerce. D’autre part, les échanges commerciaux des États-Unis avec l’Afrique se sont élevés à environ 41 milliards de dollars en 2018.

Un fonds d’un milliard de dollars pour les infrastructures routières et de ceinture en Afrique a été lancé par la Chine, et l’année dernière, le président Xi a promis une aide de 60 milliards de dollars pour l’Afrique, renforçant encore l’influence économique de son pays sur le continent.

Le pays reste également le premier bailleur de fonds de l’Afrique, avec 143 milliards de dollars entre 2000 et 2017, selon l’initiative de recherche Chine Afrique de la Johns Hopkins School of Advanced International Studies. Ces fonds financent des projets tels que des routes, des chemins de fer, des ports, des barrages, etc.

Les États-Unis restent toutefois le premier fournisseur d’aide du continent. Selon l’USAID, les États-Unis ont fait don de 8,5 milliards de dollars à l’Afrique subsaharienne en 2018.

La nuance ici est que l’aide des États-Unis prend la forme de dons, historiquement assortis de conditions, que de nombreux pays africains trouvent peu attrayantes. Cependant, les pays africains semblent préférer les prêts de la Chine au continent pour le financement de projets en raison des conditions laxistes dans lesquelles ils sont accordés.

Ces derniers temps, les commentaires des responsables du gouvernement américain et du président Donald Trump n’ont pas aidé la cause des États-Unis en Afrique. M. Trump a déjà décrit les nations africaines comme des « pays de merde. »

Pour contrer directement l’influence de la Chine en Afrique, les États-Unis ont lancé la Société financière internationale pour le développement (SFID) avec un capital d’amorçage de 60 milliards de dollars. La SFID cherche à doubler les investissements américains dans les pays à faible et moyen revenu. Un grand nombre des pays qui recevront une aide à l’investissement de cette nouvelle agence se trouvent en Afrique.

Au cours du troisième trimestre 2020, la SFID a approuvé des investissements à hauteur de 3,6 milliards de dollars dans le monde entier. Près de la moitié de cette somme, soit 1,7 milliard de dollars, a été consacrée à des accords au Mozambique. Cinq autres millions de dollars ont été investis sous forme de fonds propres pour aider à développer une plateforme commerciale au Kenya, connue sous le nom de Copia Global.

Publicité 2

En outre, jusqu’à 250 millions de dollars seront investis pour soutenir la stabilité financière du marché en Afrique. Un autre million de dollars sera consacré à l’autonomisation des femmes au Rwanda et au Kenya grâce à l’accès numérique aux produits de santé.

Il n’est pas certain que les entreprises américaines accepteront les offres de SFID pour investir également en Afrique en raison de l’incertitude que l’atout a introduite dans l’économie mondiale.

La SFID s’appuie sur les agences américaines déjà existantes qui fournissent de l’aide à l’Afrique, telles que l’USAID, l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC) et la Development Credit Authority (DCA).

Crédit photo : faccetofaceafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page