À la UneAsieMonde

L’héritier de Samsung, Jay Y. Lee, condamné à 2 ans et demi de prison pour corruption

L’héritier de Samsung, Jay Y. Lee, retournera probablement en prison après qu’un tribunal sud-coréen l’ait reconnu coupable de corruption pour son rôle dans un énorme scandale de corruption.

La Haute Cour de Séoul a condamné lundi Lee – le vice-président de Samsung Electronics âgé de 52 ans – à deux ans et demi de prison, le déclarant coupable d’avoir corrompu l’ancien président coréen Park Geun-hye pour gagner le soutien du gouvernement pour une fusion de deux filiales de Samsung en 2015.

Publicité

Le verdict fait suite à un nouveau procès très attendu pour Lee, qui a purgé 11 mois de sa peine initiale de cinq ans de prison avant qu’une cour d’appel suspende sa peine et lui permette d’être libéré en 2018. Le temps que Lee a déjà passé derrière les barreaux comptera pour la nouvelle peine de deux ans et demi, ce qui signifie qu’il sera enfermé pendant environ un an et demi.

Lee pourrait faire appel de la condamnation de lundi devant la Cour suprême de Corée – qui a ordonné son nouveau procès en 2019 – mais des experts juridiques ont déclaré à Reuters que le tribunal ne changerait probablement pas son interprétation juridique car il a déjà pesé une fois sur l’affaire.

Le cours des actions cotées en Corée de Samsung Electronics a chuté de 3,4% après la condamnation de lundi. L’offre de 8,6 milliards de wons (environ 7,8 millions de dollars) en pots-de-vin au président de l’époque Park et à son amie Choi Soon-sil a été un élément clé de l’affaire. Le scandale a déclenché des manifestations massives en Corée du Sud et conduit à l’éviction de Park, qui a été condamné à 20 ans de prison.

En prononçant la condamnation pour corruption, détournement de fonds et dissimulation de produits criminels, le juge président Jeong Jun-yeong a noté que Lee était ouvert à l’amélioration de la conformité chez Samsung et s’est engagé à «créer une société transparente».

Publicité 2

«Malgré quelques lacunes… J’espère qu’avec le temps, il sera évalué comme un jalon dans l’histoire des entreprises coréennes comme un début pour la conformité et l’éthique», a déclaré le juge.

Lee n’a fait aucun commentaire lorsque le juge lui a donné la possibilité de parler, mais son avocat a qualifié la décision du tribunal de «regrettable». « Cette affaire concerne l’abus de pouvoir de l’ancien président violant la liberté des entreprises et les droits de propriété », a déclaré l’avocat Lee In-jae aux journalistes.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page