Afrique
A la Une

Ouganda: les autorités interdisent le port de béret rouge dans le pays

Les autorités ougandaises ont interdit, lundi 30 septembre 2019, aux civils de porter des bérets rouges, symbole du mouvement d’opposition ‘’People Power’’ de Bobi Wine qui espère pouvoir renverser le président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986.

Le gouvernement a publié ce lundi une liste de vêtements et accessoires militaires officiels, dont le béret rouge, soulignant que leur possession par des civils est passible d’une « peine de prison ne pouvant pas excéder les cinq ans ».

Publicité

« Le code vestimentaire des Forces de défense du peuple ougandais a été inscrit dans la loi. L’action a été entérinée par les plus hauts organes de l’armée, qui ont également félicité le comité pour la tenue vestimentaire et aussi pour s’être acquitté de la tâche qui lui avait été confiée il y a de nombreuses années », a déclaré le porte-parole de l’armée, Richard Karemire, dans un communiqué.

Ouganda: les autorités interdisent le port de béret rouge dans le pays

Cela témoigne de l’engagement pris de définir l’identité et les perspectives d’une armée de métier, ainsi que de respecter les protocoles de la CAE (Communauté de l’Afrique de l’Est) », a-t-il ajouté.

Cette annonce surprenante intervient plusieurs mois après que le chanteur Bobi Wine ait annoncé qu’il se présenterait aux élections présidentielles ougandaises afin de défier Yoweri Museveni, en 2021.

Ouganda: les autorités interdisent le port de béret rouge dans le pays

Bobi Wine a apposé sa signature sur le béret rouge, le qualifiant de «symbole de la résistance»

L’ancienne pop star, qui espère renverser le président Museveni, a dénoncé cette interdiction. ‘’Le Pouvoir du peuple est plus fort qu’un béret rouge, nous sommes plus grands que notre symbole. Nous sommes un mouvement politique en plein essor qui lutte pour l’avenir de l’Ouganda et nous continuerons notre combat pour la démocratie et la prospérité de tous les Ougandais’’, a martelé Wine.

Publicité 2

Il a également été déclaré que tout civil pris en possession de l’objet «est passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans».

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page