Afrique

Jacob Zuma: « M’envoyer en prison à mon âge, c’est comme me condamner à mort »

Les partisans de l’ancien président sud-africain Jacob Zuma ont poursuivi dimanche leur marche de solidarité.

Des centaines d’entre eux, dont certains ont parcouru plus de 400 kilomètres, se sont rassemblés devant la maison de Jacob Zuma, dans la province du KwaZulu-Natal, et ont promis d’empêcher toute tentative d’arrestation.

Brandissant le portrait de l’ex-président, ils ont chanté des chansons faisant l’éloge de Zuma en tant que héros de la lutte des années 1980 contre la domination de la minorité blanche. S’exprimant à ses partisans, Jacob Zuma a déclaré qu’il ferait appel de sa condamnation.

La semaine dernière, la plus haute cour sud-africaine a infligé une peine de 15 mois de prison à l’ancien président pour avoir défié une ordonnance du tribunal l’obligeant à témoigner devant une commission de lutte contre la corruption.

Lire aussi: L’ex président sud-africain, Jacob Zuma, condamné à 15 mois de prison

« Je ne demande pas de la sympathie, mais la justice. Mon âge, mon état de santé et toute autre circonstance atténuante n’ont pas été pris en compte lorsque le verdict a été prononcé », a-t-il déclaré.

Plusieurs témoins ont dénoncé devant la cour les méfaits de M. Zuma, notamment le fait d’avoir permis à ses associés, la famille Gupta, d’influencer les nominations au sein du gouvernement et les contrats publics lucratifs.


Le délai accordé à Zuma pour se rendre à la Cour constitutionnelle a expiré dimanche. Désormais, il risque d’être arrêté. « M’envoyer en prison au plus fort d’une pandémie à mon âge revient à me condamner à mort », a ajouté M. Zuma.

De hauts responsables du parti ANC se sont rendus au KwaZulu-Natal pour tenter de réduire les tensions et encourager M. Zuma à se conformer aux décisions de la justice et à éviter toute confrontation violente. Jacob Zuma a lancé plusieurs actions en justice pour éviter l’emprisonnement. Vendredi, il a déposé une demande d’annulation de sa condamnation auprès de la Cour constitutionnelle, qui l’entendra le 12 juillet.

Crédit photo : premiumtimesng

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page