À la UneBurkina FasoCôte d'IvoirePolitique

Mort d’Hamed Bakayoko/ Un ministre burkinabé continue de pleurer

Ce ne sont pas seulement les Ivoiriens qui souffrent de la disparition du Premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko. De nombreuses personnalités le pleurent. Parmi elles, le ministre des affaires étrangères du Burkina a rendu un vibrant hommage à celui qu’il surnommait « mon PM ».

Le ministre Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso reste inconsolable après la mort du Premier ministre ivoirien. Et c’est « avec le cœur gros, le cœur étreint, le cœur serré », qu’il s’est rendu aux obsèques d’Hamed Bakayoko à Abidjan, le 17 mars 2021.

Dans l’avion qui l’emmène à Abidjan avec le Président Roch Marc-Christian Kaboré, Alpha Barry, qui ne croit pas vraiment à la mort d’Hamed Bakayoko se souvient de leur collaboration dans la gestion des affaires des Etats Ivoirien et Burkinabè.

 » Je salue en toi le grand ami, le frère, le copain ! Je salue en toi le complice ! Complice dans la gestion des dossiers d’Etat. Mais une complicité dans la défense des intérêts respectifs de nos deux pays. Je n’avais pas la paix avec toi quand un dossier très délicat touchait la Côte d’Ivoire. Et tu me connais » dit le ministre des affaires étrangères du Burkina.


Mort d'Hamed Bakayoko/ Un ministre burkinabé continue de pleurer
Le ministre Alpha Barry

Alpha Barry note aussi à l’endroit d’ Hamed Bakayoko: « Pour ma part, ! Quand une affaire tout aussi délicate concernait les intérêts du Burkina, tu avais chaud avec moi. Autant dire qu’autour d’un verre ou d’un repas, entre blagues et taquineries ou encore au téléphone tard la nuit avant de passer au lit, on pouvait « se chauffer » sur nos dossiers d’Etat ».

Alpha Barry se souvient aussi du penchant qu’Hamed Bakayoko avait pour le Burkina Faso. « La Côte d’Ivoire, c’est ton pays. Mais tu aimais profondément le Burkina Faso. Tu n’as jamais cessé de parler de ce Faso depuis tes études passées dans ce pays. Tu cherchais toujours à tout savoir et à tout comprendre de ce pays. Surtout sur la vie politique », révèle Alpha Barry. Qui dit ne plus avoir la force d’écrire même s’il a beaucoup à dire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page