À la UneAfriqueNigeria
A la Une

Nigeria/Abacha n’a pas été empoisonné par des prostituées: nouvelles révélations sur la mort de Sani Abacha

Le major Hamza Al-Mustapha (rtd), ancien chef de la sécurité (CSO) de feu le chef de l’État, le général Sani Abacha, a réfuté l’affirmation populaire selon laquelle son ancien boss serait mort après avoir mangé une pomme empoisonnée par des prostituées. 

Publicité

Al-Mustapha qui a raconté comment son défunt patron est mort dans une interview accordée à ThisDay, a déclaré que l’effondrement soudain du système de santé d’Abacha a commencé le 7 juin 1998, juste à l’aéroport international d’Abuja, immédiatement après qu’un des membres du personnel de sécurité qui accompagnait le président Yasser Arafat de Palestine lui a serré la main.

Nigeria/Abacha n'a pas été empoisonné par des prostituées: nouvelles révélations sur la mort de Sani Abacha

Racontant comment Abacha est mort, l’ancien CSO a déclaré; 

Publicité 2

« Peu de temps après la poignée de main, j’ai remarqué le changement de visage de feu le commandant en chef, et j’ai immédiatement informé l’aide de camp, le lieutenant-colonel Abdallah, qui a conseillé que nous le surveillions de près. .

« Plus tard dans la soirée du 8 juin 1998, vers 18 heures, son médecin est revenu et lui a administré une injection pour le stabiliser. On lui a conseillé de se reposer un peu.

« Heureusement, à 21 heures, il rebondissait et recevait des visiteurs jusqu’à bien plus tard lorsque le général Jeremiah Useni, alors ministre du Territoire de la capitale fédérale (FCT), est venu le voir. Il aimait le chef de l’État. Ils étaient de très bons amis. Ils sont restés et ont discuté ensemble jusqu’à environ 3h35 du matin

Nigeria/Abacha n'a pas été empoisonné par des prostituées: nouvelles révélations sur la mort de Sani Abacha

« Un ami de la maison m’accompagnait dans mon bureau et alors qu’il me faisait ses adieux, il est revenu m’informer que le ministre du FCT, Useni, était absent de la Maison d’hôtes du Chef de l’Etat au sein de la Villa. J’ai alors décidé d’informer l’ADC et d’autres gardes de sécurité que je serais sur le chemin du retour pour me préparer à l’événement du matin au Centre international de conférence.

« Vers 5 heures du matin, les gardes de sécurité ont couru dans mes quartiers pour m’informer qu’Abacha était très instable. Au début, je pensais que c’était une tentative de coup d’État. Immédiatement, je me suis entièrement préparé à toute éventualité.

« En tant qu’officier du renseignement et chef de la sécurité du chef de l’État d’ailleurs, j’ai imaginé un moyen de détourner l’attention des garçons de la sécurité de ma fuite en demandant à ma femme de continuer à discuter avec eux à la porte. Elle était dans la maison pendant que les garçons étaient dehors. De là, je suis arrivé à la Maison d’hôtes du chef de l’Etat avant eux.

Nigeria/Abacha n'a pas été empoisonné par des prostituées: nouvelles révélations sur la mort de Sani Abacha

« Quand je suis arrivé au chevet du chef de l’État, il haletait déjà. D’ordinaire, je ne pouvais pas simplement le toucher. Ce n’était pas permis dans notre travail. Mais vu la situation, je me suis agenouillé près de lui et j’ai crié : « Général Sani Abacha, Monsieur, veuillez m’accorder la permission de vous toucher et de vous porter.

« J’ai encore frappé au tabouret à côté du lit et j’ai crié de la même manière, mais il n’a pas répondu. J’ai alors compris qu’il y avait un danger. J’ai immédiatement appelé le médecin personnel du Chef de l’Etat, le Dr Wali, qui est arrivé sur place en huit minutes de chez lui. Il a immédiatement donné à Abacha deux doses d’injection, une au cœur et une autre près du cou. Cela n’a apparemment pas fonctionné car le chef de l’Etat était devenu très froid.

« Il m’a alors dit que le chef de l’État était mort, et qu’après tout, rien ne pouvait être fait. J’ai donc demandé au médecin personnel de rester avec le cadavre pendant que je me précipitais à la maison pour être pleinement préparé aux problèmes qui pourraient découler de l’incident.

Nigeria/Abacha n'a pas été empoisonné par des prostituées: nouvelles révélations sur la mort de Sani Abacha

« Dès que j’ai informé ma femme, elle s’est effondrée et a fondu en larmes. J’ai sécurisé ma maison et j’ai couru là où se trouvait Abacha. À ce moment-là, l’aide de camp avait été contacté par moi, et nous avons décidé qu’il fallait faire preuve d’une grande prudence dans la gestion de la situation grave.

«Encore une fois, je dois réitérer que la question de la mort de mon patron à cause des femmes était un grand mensonge, tout comme l’insinuation selon laquelle Abacha a mangé et est mort de pomme empoisonnée, c’était également un méchant mensonge.

«C’est à ce moment-là que j’ai utilisé nos gadgets de communication spéciaux pour inviter diplomatiquement les chefs de service, les gouverneurs militaires et quelques éléments prétendument à une réunion avec le chef de l’État à 9 heures du matin à la salle du Conseil.

« Cela terminé, j’ai également décidé de parler à d’anciens dirigeants nigérians pour les informer qu’Abacha aimerait les rencontrer avant 9 heures du matin.

« La situation est devenue critique lorsque l’un des chefs de service, le lieutenant-général Ishaya Rizi Bamaiyi (rtd), qui a prétendu être avec nous, a suggéré qu’il devienne le nouveau chef de l’État après que nous l’ayons discrètement informé de la mort d’Abacha. Il a même suggéré que nous devrions lui permettre d’accéder au chef OMK Abiola.

«Nous avons senti un rat et d’autres chefs d’agences de sécurité, en entendant cela, m’ont conseillé de déplacer Abiola dans un endroit plus sûr. J’ai réussi à le faire malgré le fait que j’avais été terriblement submergé par la crise actuelle.

« Mais ensuite, lorsque certains officiers subalternes ont entendu la suggestion de l’un des chefs de service mentionnée plus tôt, il m’a été suggéré de terminer tous les membres du Conseil provisoire de décision et de donner au public une excuse qu’il y avait une réunion de la RPC au cours de laquelle une fusillade s’est produite entre certains membres du Conseil provisoire de gouvernement et les gardes du corps du chef de l’État.

«Quand j’ai senti que nous allions faire face à des problèmes beaucoup plus délicats que celui sur le terrain, j’ai parlé aux généraux Buba Marwa et Ibrahim Sabo (tous à la retraite), qui nous ont tous deux rapidement mis en garde – les officiers subalternes – contre toute effusion de sang. Ils nous ont conseillé de contacter le général Ibrahim Babangida, qui a également déconseillé toute effusion de sang, mais que nous devrions soutenir l’officier le plus haut placé du Conseil provisoire de gouvernement (RPC) pour qu’il soit le nouveau chef de l’État.

« Puisque les paroles de nos aînés sont des paroles de sagesse, nous avons accepté de soutenir le général Jérémie Useni. Le long de la ligne, Bamaiyi s’est moqué de moi en disant : « Ne peux-tu pas mettre deux et deux ensemble pour faire quatre ? Ne vous est-il pas venu à l’esprit que Useni, qui était le dernier homme à la tête de l’État, aurait pu l’empoisonner, sachant bien qu’il était l’officier le plus haut gradé de la RPC ?

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page