Nigeria
A la Une

Nigeria : plus de 43 agriculteurs décapités par Boko Haram

Plus de 43 agriculteurs ont été tués samedi dans une attaque décrite par le président comme la « plus folle ».

Les assaillants ont ligoté des agriculteurs travaillant dans des rizières et les ont tranchés la gorge près de Maiduguri, la capitale de l’État de Borno.
C’est l’une des pires attaques de ces derniers mois dans une région où la secte islamiste Boko Haram et les groupes d’insurgés de l’État islamique d’Afrique de l’Ouest sont actifs. Aucun groupe n’a encore revendiqué l’attaque.

« Je condamne le meurtre de nos agriculteurs par des terroristes dans l’État de Borno. Le pays tout entier est blessé par ces meurtres insensés. Mes pensées vont à leurs familles en cette période de deuil. Que leurs âmes reposent en paix », a déclaré le président Muhammadu Buhari.

« Nous avons retrouvé 43 cadavres, tous massacrés, ainsi que six autres blessés graves », a déclaré à l’agence de presse AFP un milicien local qui a aidé les survivants.

D’autres corps auraient été retrouvés par la suite – mais le nombre exact des victimes reste inconnu. Les rapports indiquent également qu’environ 15 femmes ont été kidnappées. Les victimes étaient des ouvrières de l’État de Sokoto, au nord-ouest du Nigeria, à environ 1 000 km de là, qui s’étaient rendus dans le nord-est pour trouver du travail.
Le gouverneur de l’État de Borno, Babagana Zulum, a assisté aux funérailles des victimes dimanche.

« C’est choquant que plus de 40 citoyens aient été massacrés alors qu’ils travaillaient dans leurs champs. Notre peuple est dans des situations très difficiles, il est dans deux conditions extrêmes différentes : d’un côté s’ils restent chez eux, ils peuvent être tués par la faim et la famine ; de l’autre, ils vont sur leurs terres agricoles et risquent d’être tués par les insurgés. C’est très triste », a-t-il déclaré aux journalistes.

Il a appelé le gouvernement fédéral à recruter davantage de soldats et de membres d’autres forces de sécurité pour protéger les agriculteurs de la région.

Les agriculteurs « ont été attaqués parce qu’ils avaient désarmé et arrêté vendredi un membre de Boko Haram qui les rendaient la vie difficile », a déclaré un membre du parlement local, Ahmed Satomi, au journal Premium Times.

Les correspondants affirment que les agriculteurs ont déjà été attaqués par des militants du groupe islamiste Boko Haram, qui les soupçonnent de transmettre des informations aux militaires.
Le mois dernier, les combattants de Boko Haram ont tué 22 agriculteurs travaillant sur des champs d’irrigation lors de deux incidents distincts.
Malgré les efforts régionaux pour mettre fin à la campagne de violence de Boko Haram, le groupe a intensifié ses attaques au cours des derniers mois.

Crédit photo : ghgossip

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page