Nigeria
A la Une

Nigeria : un garçon de 13 ans condamné à 10 ans de prison, l’UNICEF réagit !

L’agence des droits de l’enfant UNICEF a fustigé la condamnation d’un garçon de 13 ans à 10 ans de prison pour blasphème dans le nord du Nigeria.

Omar Farouq a été condamné par un tribunal de la charia dans l’État de Kano, au nord-ouest du Nigeria, après avoir été accusé d’avoir tenu des propos grossiers à l’égard d’Allah lors d’une dispute avec un ami.

Il a été condamné le 10 août par le même tribunal qui a récemment condamné à mort un chanteur de 22 ans, Yahaya Sharif-Aminu, pour blasphème contre le prophète Mahomet.

Publicité

La punition de Farouq est en violation de la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant et de la constitution nigériane, a déclaré son avocat Kola Alapinni à la CNN. Il a déposé un appel en son nom le 7 septembre.

M. Kola Alapinni dit avoir découvert l’affaire Farouq par hasard alors qu’il travaillait sur le cas de Sharif-Aminu, qui a été condamné à mort pour blasphème par la Haute Cour de la Charia de Kano.

« Nous avons découvert qu’ils ont été condamnés le même jour, par le même juge, dans la même Cour, pour blasphème et nous avons découvert que personne ne parlait d’Omar, donc nous avons dû agir rapidement pour déposer un appel pour lui. »

« Le blasphème n’est pas reconnu par la loi nigériane. Il est incompatible avec la constitution du Nigeria », a-t-il ajouté.

L’avocat a déclaré que la mère de Farouq s’était enfuie dans une ville voisine après qu’une foule a pris d’assaut sa maison suite à son arrestation.

« Tout le monde ici a peur de parler et vit dans la crainte d’attaques de représailles », a-t-il déclaré.

L’UNICEF a publié mercredi une déclaration « exprimant sa profonde inquiétude » concernant cette sentence.

« La condamnation de cet enfant – Omar Farouk, 13 ans – à 10 ans de prison avec travaux forcés est une erreur », a déclaré Peter Hawkins, représentant de l’UNICEF au Nigeria. « Elle est également contraire à tous les principes fondamentaux des droits de l’enfant et de la justice pour mineurs que le Nigeria – et par conséquent l’État de Kano – a signé. »

Publicité 2

L’État de Kano, comme la plupart des États à majorité musulmane du Nigeria, pratique la charia parallèlement à la loi laïque.

L’UNICEF a demandé au gouvernement nigérian et au gouvernement de l’État de Kano de réexaminer d’urgence l’affaire et d’annuler la sentence.

« Cette affaire souligne encore plus l’urgente nécessité d’accélérer la promulgation du projet de loi sur la protection de l’enfance de l’État de Kano afin de garantir que tous les enfants de moins de 18 ans, y compris Omar Farouq, soient protégés – et que tous les enfants de Kano soient traités conformément aux normes relatives aux droits de l’enfant », a souligné M. Hawkins.

Crédit photo : unicef

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page