AfriqueNigeria
A la Une

Nigeria : un chanteur de 22 ans condamné à mort pour blasphème contre le prophète Mahomet

Un chanteur de l’État de Kano, dans le nord du Nigeria, a été condamné à mort par pendaison pour avoir blasphémé contre le prophète Mahomet.

Un tribunal supérieur de la charia dans la région de Hausawa Filin Hockey de l’Etat a déclaré que Yahaya Sharif-Aminu, 22 ans, était coupable de blasphème pour une chanson qu’il avait faite circuler via WhatsApp en mars. Sharif-Aminu n’a pas nié les accusations et le juge Khadi Aliyu Muhammad Kani a déclaré qu’il peut faire appel du verdict.

Les États à majorité musulmane du nord du Nigeria utilisent à la fois la loi laïque et la charia, qui ne s’applique pas aux non-musulmans.

Publicité

Une seule des condamnations à mort prononcées par les tribunaux de la charia nigérians a été exécutée depuis leur réintroduction en 1999.

Le chanteur qui est actuellement en détention, s’était caché après avoir composé la chanson.

Des manifestants avaient brûlé la maison de sa famille et s’étaient rassemblés devant le siège de la police islamique, connue sous le nom de Hisbah, pour exiger que des mesures soient prises à son encontre.

Les critiques ont déclaré que la chanson était blasphématoire car elle faisait l’éloge d’un imam de la confrérie musulmane de Tijaniya au point de l’élever au-dessus du prophète Mahomet.

Idris Ibrahim, le leader des manifestants qui ont demandé l’arrestation du musicien en mars, a déclaré à la BBC que le jugement servira d’avertissement aux autres « qui envisagent de suivre le chemin de Yahaya ».

« Quand le verdict a été prononcé, j’étais si heureux car cela montre que notre protestation n’était pas vaine. Ce jugement servira de dissuasion à ceux qui pensent qu’ils peuvent insulter notre religion ou notre prophète et s’en tirer à bon compte », a-t-il déclaré.

Nigeria : un chanteur de 22 ans condamné à mort pour blasphème contre le prophète Mahomet

Qui est Yahaya Sharif-Aminu ?

Peu de gens avaient entendu parler de lui avant son arrestation en mars.

Musicien de gospel islamique, il n’est pas connu dans le nord du Nigeria et ses chansons n’étaient pas populaires en dehors de sa secte Tjjaniya.

Les condamnations à mort sont-elles fréquentes dans les tribunaux de la charia ?

Plusieurs condamnations ont été prononcées, notamment à l’encontre de femmes reconnues coupables de relations sexuelles extraconjugales – des affaires qui ont suscité une large condamnation.

Publicité 2

Mais une seule a été exécutée ; un homme condamné pour le meurtre d’une femme et de ses deux enfants, qui a été pendu en 2002.

La dernière condamnation à mort prononcée par un tribunal nigérian de la charia remonte à 2016, lorsqu’Abdulazeez Inyass a été condamné à mort pour blasphème contre l’islam.

Il aurait déclaré que le Cheikh Ibrahim Niasse, le fondateur sénégalais de la secte Tijaniya, qui a de nombreux adeptes dans toute l’Afrique de l’Ouest, « est plus grand que le prophète Mahomet. »

La sentence n’a pas été exécutée car la peine de mort au Nigeria nécessite l’approbation du gouverneur de l’État. M. Inyass est toujours en détention.

Crédit photo : kanyidaily

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page