MondePolitique
A la Une

« Nous avons des armes que personne n’en a » : le président russe menace

Le président russe, Vladimir Poutine, a juré d’utiliser des armes nucléaires contre tout pays qui oserait « interférer » dans la guerre que mène la Russie en Ukraine.

M. Poutine a proféré cette menace effrayante lors d’un discours devant des législateurs à Saint-Pétersbourg le jeudi 28 avril, déclarant que sa réponse à quiconque « menace » la Russie sera « rapide comme l’éclair » et mortelle.

LIRE AUSSI: Guerre en Ukraine: la Russie refuse d’exclure l’utilisation d’armes nucléaires

« Si quelqu’un a l’intention de s’ingérer dans ce qui se passe depuis l’extérieur, il doit savoir que cela constitue une menace stratégique inacceptable pour la Russie. Il doit savoir que notre réponse aux contre-attaques sera rapide comme l’éclair. Rapide », a-t-il déclaré.

« Nous avons toutes les armes dont nous avons besoin pour cela. Personne d’autre ne peut se vanter de ces armes, et nous ne nous en vanterons pas. Mais nous les utiliserons. »

Bien que Poutine n’ait pas mentionné directement les armes nucléaires, beaucoup pensent qu’il faisait référence au nouveau missile nucléaire russe Sarmat 2, testé pour la première fois il y a quelques jours.

Lors de son discours sur « l’opération militaire spéciale » en Ukraine, Vladimir Poutine a promis une fois de plus que « tous les objectifs seront définitivement atteints » par ses militaires « héroïques.

LIRE AUSSI: Guerre en Ukraine/ Poutine teste le puissant missile SATAN 2 et met en garde

Il a salué la résilience de ses soldats qui, selon lui, se battent pour « empêcher un conflit à grande échelle », exactement comme celui qu’il est accusé d’avoir provoqué.

Il a une nouvelle fois répété les affirmations infondées selon lesquelles l’Ukraine chercherait à posséder elle-même des armes nucléaires ou à développer des armes biologiques, ce qui, selon lui, constitue une menace réelle.


« Tout cela confirme que notre réaction était opportune et correcte », a-t-il déclaré.

S’insurgeant contre les « fascistes » occidentaux, il a ajouté : « Pendant des années, ils ont transformé l’Ukraine voisine en un pays anti-Russie. Permettez-moi de vous rappeler que la Russie a toujours fait preuve de sympathie et s’est comportée comme un ami, un camarade et un frère. Elle a considéré la création de l’État ukrainien indépendant – à l’époque, nous pensions qu’il s’agirait d’un État ami. Nous nous développerions ensemble, nous nous renforcerions mutuellement et nous créerions les meilleures conditions pour notre concurrence et notre développement, et bien sûr, nous ne nous attendions pas à ce qu’ils créent des anti-russes sur ce territoire. Nous ne pouvons pas le permettre. »

Le lundi 25 avril, le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a averti que la Russie menait désormais une guerre par procuration avec l’ensemble de l’OTAN et que le risque de voir cette guerre devenir nucléaire était « réel. »

Crédit photo : bulldogreport

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!