AfriqueSociété

Ouganda : Les utilisateurs de WhatsApp vont payer une taxe

Les populations Ougandaises vont désormais payer une taxe pour l’utilisation de WhatsApp. Cette décision du gouvernement a été imposée aux populations qui la digèrent mal.

A partir du 1er juillet 2018, tous les utilisateurs devront payer une taxe journalière de 200 shillings, soit 0,05 dollar, rapporte BBC.

Cette nouvelle dépense sera appliquée après le consensus du Parlement d’une nouvelle loi.

Selon le gouvernement c’est une façon de modérer les injures du peuple à l’endroit de Marc Zuckerberg et ses collaborateurs.

Publicité

« Nous essayons de lutter contre les « ragots », qui sont encouragés par ces applications. Ces applications sont aussi des moyens très importants pour communiquer, mais personne n’y accorde de l’importance » affirme le Président Ougandais, Yoweri Museveni.

En somme, chaque citoyen reversera par an un équivalent de 17 euros en plus de l’achat des forfaits internet.

Il n’y a pas que WhatsApp, ces taxes seront aussi applicables sur les réseaux suivants : Facebook, Viber et Twitter. Mais à l’exception de WhatsApp, les autres réseaux seront indirectement payants dans le pays.

Aussi, les transactions par mobile money seront également facturées avec un prélèvement de 1% sur la valeur totale de chaque transaction.

Par ailleurs le ministre de la Communication du pays réfléchit sur le projet de lancer le développement d’un réseau social gouvernemental pour les citoyens du pays.

Des députés au nombre de trois ont joint leur voix à celle des citoyens mécontents de cette situation. Ces officiels taxent cette  »idiotie » de « double imposition »

Emeraude ASSAH

Emeraude Assah

Je suis Emeraude ASSAH, journaliste professionnelle en exercice sur le territoire ivoirien. Merci de suivre mes actualités en politique, société etc... J'adore cuisiner et voyager! emeraudeassah@Afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page