À la UneAfrique
A la Une

Pandora Papers: Une fuite de documents révèle les énormes actifs offshore de la famille du président Uhuru Kenyatta

La famille du président du Kenya, Uhuru Kenyatta, qui a dominé la scène politique du pays depuis l’indépendance, possédait secrètement un vaste réseau de sociétés offshore pendant des décennies, selon une nouvelle fuite de documents financiers.


Les papiers financiers connus sous le nom de Pandora Papers – sont la plus grande fuite financière de l’histoire, avec environ 12 millions de fichiers liant Kenyatta et six membres de sa famille à 13 sociétés offshore.

Les investissements offshore des Kenyatta, y compris une société avec des actions et des obligations d’une valeur de 30 millions de dollars, ont été découverts parmi des centaines de milliers de pages de documents administratifs provenant des archives de 14 cabinets d’avocats et prestataires de services au Panama et dans les îles Vierges britanniques ( BVI) et d’autres paradis fiscaux.

Publicité

Les avoirs secrets ont été découverts par une enquête, publiée le dimanche 3 octobre par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), Finance Uncovered, Finance Uncovered, Africa Uncensored et d’autres organes de presse.

Des documents montrent qu’une fondation appelée Varies a été créée en 2003 au Panama, nommant la mère de Kenyatta, Ngina, 88 ans, comme premier bienfaiteur et le leader du Kenya comme deuxième bienfaiteur, qui en héritera après sa mort.

Les fondations panaméennes sont très recherchées car les véritables propriétaires des actifs ne sont connus que par leurs avocats et ils n’ont pas à enregistrer leurs noms auprès du gouvernement panaméen, rapporte l’ICIJ.

Les actifs peuvent également être conçus pour être transférés en franchise d’impôt à un successeur.


Les vastes intérêts commerciaux de la famille Kenyatta couvrent les transports, les assurances, les hôtels, l’agriculture, la propriété foncière et l’industrie des médias au Kenya.

En 2018, Kenyatta a déclaré au programme BBC Hardtalk que la richesse de sa famille était connue du public et qu’en tant que président, il avait déclaré ses actifs comme l’exige la loi.

« Comme je l’ai toujours dit, ce que nous possédons – ce que nous avons – est ouvert au public. En tant que fonctionnaire, je suis censé faire connaître ma richesse et nous faisons des déclarations chaque année », a déclaré M. Kenyatta.

« S’il y a un cas où quelqu’un peut dire que ce que nous avons fait ou obtenu n’a pas été légitime, dites-le, nous sommes prêts à faire face à n’importe quel tribunal », a-t-il ajouté.


Dans la même interview, Kenyatta a déclaré qu’il souhaitait que son héritage soit la lutte contre la corruption et la promotion de la transparence.

Parmi les autres dirigeants mondiaux nommés dans les Pandora Papers figurent le roi de Jordanie Abdallah II, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, le président gabonais Ali Bongo Ondimba et le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou-Nguesso.

Après la mort de son père en 1978, Ngina Kenyatta, la quatrième épouse de son père, a créé en 1999 une société offshore – Milrun International Limited – qui a été constituée aux BVI.

Selon l’ICIJ, Mme Kenyatta et ses filles ont été conseillées par des experts en patrimoine international expérimentés de la banque suisse Union Bancaire Privée (UBP), qui a recruté Alcogal, un cabinet d’avocats panaméen spécialisé dans la création et l’administration de sociétés offshore.

Le consortium affirme que les factures d’Alcogal à la banque montrent que les conseillers suisses ont fait référence aux Kenyatta avec le code « client 13173 ».

Publicité 2

Cette société a été utilisée par Mme Kenyatta et ses filles pour acheter un appartement dans le centre de Londres, qu’elle possède toujours, selon les documents déposés au registre foncier britannique et consultés par Finance Uncovered.

Selon Finance Uncovered, la famille Kenyatta a utilisé d’autres sociétés offshore pour acheter deux autres propriétés au Royaume-Uni.

Les conseillers en patrimoine privé de l’UBP ont également aidé le frère de Kenyatta, Muhoho, à créer une entité panaméenne appelée Criselle Foundation en 2003.


Il a été créé au profit de Muhoho Kenyatta, avec son fils Jomo Kamau Muhoho, comme successeur.

Une autre société des BVI détenue par M. Muhoho avait une valorisation de 30 millions de dollars en actions et obligations en novembre 2016.


Les Pandora Papers, cependant, ne montrent aucune preuve que la famille Kenyatta a volé ou caché des actifs de l’État dans leurs sociétés offshore.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page