Afrique

Mali: Une attaque armée fait plus de 100 morts

Une centaine de morts, des maisons incendiées, des animaux abattus : un village dogon a été « quasiment rasé » dans le centre du Mali, en proie à un cycle d’atrocités entre communautés de plus en plus antagonistes, lors d’une attaque dans la nuit de dimanche à lundi.

Le ministère malien de la défense a annoncé « qu’au moins 100 personnes ont trouvé la mort et plusieurs autres ont été blessées suite à une attaque armée perpétrée dans un village dogon dans le centre du Mali ».

Publicité

« C’est un village dogon qui a été quasiment rasé », a confié une source de sécurité malienne sur place. Les assaillants étaient venus pour « tirer, piller et brûler », a estimé un élu local, en évoquant des « corps calcinés ».

Un homme ayant survécu à l’attaque a expliqué les faits

« Les assaillants étaient une cinquantaine d’hommes lourdement armés, venus à bord de motos et de pick-up. Ils ont d’abord encerclé le hameau avant de lancer l’assaut, tous ceux qui ont voulu fuir ont été abattus. Certains ont été égorgés et éventrés, des greniers et du bétail ont été brûlés. Personne n’a été épargné : femmes, enfants et vieilles personnes », a raconté le témoin à l’AFP.

Attaque terroriste ou règlement inter-ethnique ?

En 2018, l’ONU révèle que 500 personnes ont perdu la vie dans une attaque du genre. Les groupes djihadistes et certaines ethnies du pays s’entretuent depuis l’an passé.

Les enquêtes sont en cours pour déterminer la nature de l’attaque ainsi que les causes de celle-ci.

Emeraude ASSAH

Tags

Emeraude Assah

Je suis Emeraude ASSAH, journaliste professionnelle en exercice sur le territoire ivoirien. Merci de suivre mes actualités en politique, société etc... J'adore cuisiner et voyager! emeraudeassah@Afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer