Côte d'IvoirePolitiqueQuestions Africaines
A la Une

Question Africaine 40 : L’exemple d’Alassane Ouattara sera-t-il suivi autant en Côte d’Ivoire qu’en Afrique ?

Mes amis,

La planète Ivoire est troublée depuis le jeudi 05 mars 2020. Le Président Alassane Ouattara, celui que certains appellent Bravetchê, d’autres PRADO et d’autres encore Magellan, a confirmé son retrait du pouvoir. Il a solennellement annoncé qu’il ne briguerait pas un troisième mandat. À la Fondation Félix Houphouët Boigny de Yamoussoukro, un vent d’émotion a soufflé dans la salle; il y a eu des pleurs, il y a des larmes, il y a eu de la grandeur. L’exemple reste unique dans le pays et au-delà.

Publicité

J’ai passé deux appels pour prendre des avis. Tous sont unanimes. Que ce soit par respect pour la Constitution dont l’interprétation divise les juristes, que ce soit par respect pour sa propre parole, que ce soit par pression internationale…de quelque bout que l’on analyse cette décision, elle est historique pour la Côte d’Ivoire. Car ailleurs, les tripatouillages de constitution pour se maintenir au pouvoir, les passages en force, ça existe et c’est fatigant. Partira, partira pas ? L’homme a mis fin au débat, ne laissant personne indifférent : un regain d’admiration chez ses partisans, de l’étonnement et de la perturbation dans l’opposition. Toutes les cartes sont rabbatues.

LIRE AUSSI : Présidentielle 2020: Alassane Ouattara ne sera pas candidat

L’importance de cette décision, c’est qu’elle ouvre un nouveau champ de possibles en Côte d’Ivoire. Plus jamais, dans ce pays, il ne sera question de débattre sur un troisième mandat. C’est un réelle gage de stabilité. La Côte d’Ivoire vient ainsi d’être positionnée dans le cercle serré et restreint des nations démocratiques par la conscience d’un homme qui a eu la lucidité de poser un acte fort : s’arrêter quand il fallait, refuser quand il fallait.

Il y avait aussi cette humilité de l’homme qui avoue n’avoir pas tout réussi mais qui s’est battu en donnant le meilleur pour ses compatriotes parce qu’il aime son pays. En effet, même un 10 mandats, un seul homme ne peut pas tout faire. Et nul n’est indispensable.

En 2020, année électorale, où le tumulte des votes volés, masqués et contestés à débuté au pays de Mobutu pour continuer sur la terre de Eyadema, les regards sont désormais tournés vers le Tchad, vers le Cameroun, vers la Guinée-Conakry, vers la Guinée Équatoriale… Si Condé pouvait suivre l’exemple !?

LIRE AUSSI : Alassane Ouattara rassure : « Que les gens arrêtent de se faire peur pour 2020 »

Il appartient à chacun d’écrire son histoire et de choisir ses portes : celle par laquelle il y entre et celle par laquelle il en sort. Retenons que Alassane OUATTARA est sorti par la meilleure des portes, celle de l’humilité, de la sagesse, de la tempérance et de la modernité. C’est une chance pour la Côte d’Ivoire et pour les “Jeunes générations”.

Publicité 2

Oh, il est clair que le pays lorgne aussi vers les Présidents Bedié du PDCI-RDA et Laurent Gbagbo du FPI. Auront-ils cette force du renoncement ?

C’est une question africaine ouverte. Vos avis nous intéressent.

Dr Christian TIDOU

Dans ces Questions Africaines (QA), l'universitaire et chroniqueur Christian Tidou, croque l'actualité du continent à la lumière de l'histoire du Contient et de ces défis actuels. Vos avis l'intéressent pour secouer les inerties. Rejoingnez-le sur AFRIKMAG.COM.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Geste très bien salué mon cher président ta place est garantie au paradis. Si tout les pays pouvait adopté sa doctrine au lieu de changé les constitutions pou perir au pouvoir et crée la misère, et parfois la guèrre on aurait même abouti a l’ECO pour toute l’Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page