Afrique

Scandale des diamants, Global Witness accuse le Zimbabwe

L’ONG Global Witness spécialisée dans la lutte contre le pillage des ressources naturelles vient de faire une révélation accablante sur les dirigeants du Zimbabwe. Selon l’ONG les dirigeants du Zimbabwe ont détourné pendant des années les profits tirés de l’exploitation du diamant pour financer la répression de leurs adversaires politiques, malgré les sanctions de la communauté internationale, a révélé lundi Global Witness.

Des entreprises détenues par la très redoutée agence de renseignement, l’armée du Zimbabwe ou le gouvernement lui-même ont délibérément dissimulé leurs comptes et leurs opérations”, accuse l’ONG de lutte contre la corruption. Selon Global Witness, ces fonds provenaient d’une entreprise d’extraction de diamants dans la mine de Marange (est) et auraient été destinés aux services secrets zimbabwéens (Organisation centrale de renseignement, CIO)

Publicité

Des documents jusque-là tenus secrets suggèrent que des pierres produites par cette entreprise du nom de  Kusena Diamonds, ont été vendues à Anvers et à Dubaï et ont servi à financer les services de sécurité du pays, affirme un rapport de Global Witness.

L’ONG cite le cas d’une autre entreprise prise à partie par l’armée qui a, elle aussi, vendu des diamants en violations de sanctions imposées par l’Union européenne (UE) en riposte à la répression de l’opposition.

Des éléments de la CIO et de l’armée sont étroitement mêlés à la lutte contre l’opposition politique et à de nombreux cas de violations des droits de l’Homme”, selon Global Witness. Sollicitées par l’AFP, les autorités zimbabwéennes n’ont pas immédiatement répondu à ces accusations.

L’ONG basée à Londres rappelle qu’en 2011, Tendai Biti, qui occupait alors le poste de ministre des Finances, avait accusé l’élite au pouvoir d’avoir détourné 15 milliards de dollars de revenus de diamant. Avec une dette évaluée à des milliards de dollars et des infrastructures moyenâgeuses, les richesses générées par le diamant auraient pu être utilisées pour faire sortir le Zimbabwe de sa profonde crise économique et sociale, poursuit l’organisation, rappelant les taux de chômage et de pauvreté excessifs.

En 2013, un rapport parlementaire avait fait état de “sérieuses différences entre les bénéfices tirés par le gouvernement de ces activités et les revenus que les compagnies minières du secteur ont assuré avoir versé au Trésor”. En 2012 déjà, Global Witness avait affirmé que la CIO avait reçu 100 millions de dollars (83 millions d’euros) et une flotte de 200 véhicules de la part d’un homme d’affaires établi à Hong Kong en échange de diamants vendus hors des circuits officiels.

Publicité 2


Le Zimbabwe est dirigé d’une main de fer par le président Robert Mugabe depuis son indépendance en 1980.Le pays traverse, depuis une funeste réforme agraire engagée au début des années 2000, une grave crise économique et financière qui nourrit la colère de la population. Elle a causé l’an dernier une énième vague de protestation sévèrement réprimée. Le Zimbabwe n’a jamais publié de statistiques jugées crédibles de ses activités diamantifères, qui ont débuté en 2006.

L’UE a levé en 2013 la plupart des sanctions imposées en 2002 au Zimbabwe pour protester contre la violence politique, notamment l’embargo pesant sur la Zimbabwe Mining Development Corporation (ZMDC), l’entité aujourd’hui chargée de la commercialisation des diamants.

Tags

Hippolyte YEO

Hello, Je suis Pharel Hippolyte YEO, passionné d'High-Tech et de culture. Sur AfrikMag, je vous donne des news fraiches concernant les innovations technologiques en Afrique, le Showbiz africain et la vie de la diaspora africaine. hyeo@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

  1. Merci pour l”info mais êtes vous si aveugles face aux pillages aussi vieux que le temps même de la france en Afrique.Bien evidemment dans ce monde ci il faut savoir quoi voire pour ne pas devenir aveugle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer