Culture & LoisirsSénégal

Sénégal: Codifier les danses africaines pour une identité culturelle

Le secrétaire général du ministère de la Culture, Birane Niang, croit fortement que la codification des danses africaines va permettre le rayonnement de celles-ci.

« Quel meilleur moyen de défendre l’identité et simultanément d’assurer l’universalité africaine, la codification, j’en suis persuadé, permettra le rayonnement des danses africaines et surtout leur pratique hors de leur univers originel », se réjouit-il.

Le secrétaire général du ministère de la Culture tenait ces propos à l’occasion de l’ouverture du symposium international sur la codification des danses africaines à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Publicité

L’initiative a été lancée par le centre « The dance Hall » et le Laboratoire d’anthropologie et d’ingénierie culturel (LAIC).

Pour monsieur Niang, ces travaux de réflexion sont d’autant plus importants qu’ils feront entrer de plein pieds les danses africaines dans la modernité.

« Vos travaux permettront de mettre d’abord à la disposition de n’importe quel peuple ou individu des moyens d’exécuter les pas, gestes et mouvements qui composent le patrimoine de n’importe quelle entité ethnoculturelle africaine ».

Le Secrétaire Général du Ministère de la Culture ajoute que codifier les danses africaines, va permettre d’acquérir des « moyens de transmission » mais aussi faire en sorte que les peuples « reconnaissent leur danse, mais si le legs ancestral s’approprie de générations en générations, c’est à travers un enseignement empirique délivré par des détenteurs du savoir »

Par ailleurs, la chorégraphe Germaine Acogny apprécie cette initiative et estime que la codification est « la bienvenue dans ce milieu de la danse ». Elle espère ainsi que « les chercheurs arriveront à trouver les codes pour la codification ».

« J’ai appris plusieurs danses de l’Afrique de l’Ouest et comme je dis, j’ai un instinct béninois et le geste sénégalais, chaque fois que j’apprends des danses, j’essaie de voir des similitudes », fait-elle savoir.

Tags

Fatou Oulèye SAMBOU

Bonjour Je suis journaliste-productrice sénégalaise. J'aime parler d'actualité, de culture, et de sport. Je suis une passionnée de la vie et de ses merveilles: les voyages, le monde digital, le tourisme, le cinéma et la musique. Je vois toujours le bon côté des choses. Je vous donne rendez-vous sur Afrikmag pour des infos de qualité. fifi.sambou@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer