À la Une Afrique

Un ancien ministre nigérian révèle le rôle de la Russie dans le retrait de la CEDEAO du Mali, du Burkina et du Niger

L’ancien ministre nigérian des Affaires étrangères, le professeur Bolaji Akinyemi, a déclaré que la Russie avait un rôle à jouer dans les affaires du Burkina Faso, de la République du Niger et de l’annonce soudaine du départ du Mali de la CEDEAO.

Selon Akinyemi, la Russie cherche à affaiblir « l’influence occidentale » en Afrique, ajoutant qu’il voit « la main de la Russie » dans ce qu’il a décrit comme une crise qui a frappé la CEDEAO.

 

L’ancien ministre a déclaré : « Je pense que la Russie encourage ces trois pays à détruire la CEDEAO dans le cadre d’une tentative d’affaiblir ce que l’on appellera l’influence occidentale dans cette partie du monde. Et pourtant, la Russie n’a pas montré qu’elle avait la capacité d’aider ces trois pays à combattre les jihadistes, les Touaregs, l’EI qui se déchaînent au Sahel.»

 

Il a ajouté que la CEDEAO était en train de devenir un champ de bataille entre la Russie et les États-Unis, ajoutant qu’il était significatif que la déclaration de retrait soit intervenue après que le secrétaire d’État américain, Blinken, ait quitté le Nigeria.

 

L’ancien ministre a déclaré : « La raison pour laquelle j’appelle cela une crise est que ces trois pays, en termes de superficie, représentent environ la moitié de la CEDEAO. Nous n’avons donc pas affaire à un simple contretemps.


« Ils ont accusé la CEDEAO d’être téléguidée par des puissances étrangères. Vous connaissez le pouvoir auquel ils font référence, et sans doute, le fait que notre président se rende en France et qu’il soit en France en ce moment renforce en quelque sorte cette crainte dans leur esprit que les politiques de la CEDEAO soient en réalité des politiques françaises. Deuxièmement, ils disent que les sanctions créent des situations économiques terribles pour la population, alors qu’ils s’attendent à ce que nous intervenions et les aidions à affronter les djihadistes. Bien sûr, je ne m’attends pas à ce que nous fassions cela alors qu’ils sont encore suspendus. Nous allons avoir besoin de mesures diplomatiques intelligentes sur cette question, et je pense que la CEDEAO a besoin d’une réflexion rapide pour s’assurer que cette situation ne devienne pas incontrôlable.»

 

Il a ajouté : « Ils ont dit qu’ils partaient immédiatement. Le protocole de la CEDEAO dit un an, que vous donniez un préavis d’un an, et que pendant cet an, vous assumez toutes vos responsabilités, mais ils disent qu’ils partent immédiatement. Allez-vous les forcer à rester, ou allez-vous profiter de cette situation confuse pour apporter un palliatif à cette situation ? Je ne pense pas que ce qui se passe puisse être résolu facilement simplement parce que nous avons maintenant cette confrontation entre la Russie, les pays occidentaux et l’OTAN, et nous devrions garder cela à l’esprit.»

2 Comments

  • Souleymane DRAME 1 février 2024

    Monsieur l ex ministre vous aviez mentis sur toutes la ligne Une seule question à vous vous dites que ces pays n ont pas été aidé par qu’ils sont sous sanctions Autant que je le sache cette insécurité a bien été déclenchée bien avant leurs suspensions vrai ou faux Tous ce que reproche ces 3 pays a la CEDEAO est vrai Ce n est pas au Petit Macron de dire à la face du monde qu il consulter ses pairs de la CEDEAO pour prendre et appuyer des sanctions contre un pays membrede de la CEDEAO étant donné qu il n est associé ni de près ni de loin a la cedeao

  • ACHILLE 31 janvier 2024

    Qui comprend, comprendra. Rien que des feuilletons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *