À la UneAfriquePolitique

Un coup d’Etat déjoué dans un pays de la CEDEAO

Une tentative de coup d’Etat a été déjoué dans un autre pays de l’Afrique de l’ouest. C’est le Chef d’Etat-Major de l’armée de ce pays qui en donne l’information. A un moment où le président Embalo est hors de son pays.

Publicité

Un coup d’Etat a été éventé par les services de sécurité de l’armée. Le Général Nan Ntan, chef d’Etat-Major de l’armée bissau-guinéenne déclare: « Nous avons réussi à identifier un groupe de militaires des FARP (Forces armées révolutionnaires du peuple) qui est en train de mobiliser des soldats en achetant leur conscience contre des billets de banque afin de subvertir l’ordre constitutionnel établi».

Le général Biagué Na Ntan, chef d’état-major général des armées, fait cette révélation, à l’occasion de la cérémonie de célébration du 47e anniversaire de la création de la Police militaire. L’armée sait ce qui se trame grâce à des fuites sur le coup d’Etat. «Ce sont les soldats ayant reçu de l’argent qui ont dénoncé les auteurs de ces actes ignobles», confie le général Nan Ntan. Cette annonce intervient le jour même où le président Umaru Sissoco Embalo effectue une visite de travail de 48 heures.

La Guinée-Bissau, ancienne colonie portugaise devenue indépendante en 1974. Cela après une longue guerre de libération, menée par le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC) fondé par Amilcar Cabral, assassiné en 1973. Ce pays a connu quatre putschs dont le dernier remonte à 2012. La Guinée-Bissau a été le théâtre de seize tentatives de coup d’État et de nombreux changements de gouvernements.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page