Science

Un projet qui permettrait aux humains de vivre plus longtemps va bientôt voir le jour

Des cellules musculaires humaines vont être envoyées dans l’espace dans le cadre d’un projet de plus d’un million de dollars visant à prolonger la vie des humains.

De minuscules cellules musculaires humaines cultivées en laboratoire vont être envoyées dans l’espace dans le cadre d’une expérience qui pourrait aider les gens à vivre plus longtemps et en meilleure santé, ont déclaré des scientifiques.

LIRE AUSSI: Jeff Bezos finance une technologie anti-âge pour aider les humains à «vivre pour toujours»

Le projet, intitulé MicroAge, est financé par l’Agence spatiale britannique et coûtera plus d’un million de dollars.

Il impliquera le lancement d’une capsule depuis la Floride vers la station spatiale internationale le mercredi 22 décembre.

Des cellules musculaires humaines cultivées en laboratoire, de la taille d’un grain de riz, ont été placées dans de petits récipients. Une fois dans l’espace, elles seront stimulées électriquement pour provoquer des contractions du tissu musculaire, et les scientifiques observeront ce qui se passe.

Certains des muscles seront stimulés électriquement pour participer à un « exercice », tandis que d’autres seront exposés à des quantités accrues de protéines de choc thermique protectrices, dont les scientifiques de l’université de Liverpool ont précédemment démontré qu’elles protègent contre la fonte musculaire liée à l’âge.

L’expérience sera utilisée pour comprendre ce qui se passe chez l’homme lorsque nous vieillissons et pour voir si le vieillissement peut être inversé ou retardé.

Le professeur Malcolm Jackson de l’université de Liverpool a déclaré : « Le vieillissement est l’un des plus grands défis du 21e siècle et nous apprendrons beaucoup sur la façon dont les muscles réagissent à la microgravité et au vieillissement grâce aux données obtenues dans le cadre de cette étude. »


Selon le professeur Anne McArdle, de l’Institut des cours de la vie et des sciences médicales, l’identification des mécanismes sous-jacents responsables de cette perte de masse et de force musculaire avec l’âge fait l’objet de leurs recherches depuis plusieurs années.

« Les astronautes en microgravité perdent leur masse et leur force musculaires à un rythme accéléré par rapport aux personnes âgées sur terre, ce qui constitue un modèle unique pour déterminer rapidement les mécanismes sous-jacents à la perte musculaire, non seulement chez les astronautes, mais aussi chez les personnes âgées sur terre. »

Crédit photo : browngh

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!