À la Une Monde USA

USA: une femme soupçonnée d’avoir envoyé une lettre empoisonnée à la Maison Blanche arrêtée

LETTRE

Les autorités américaines ont arrêté une femme suspectée d’avoir envoyé une lettre empoisonnée à la ricine à la Maison-Blanche, à l’attention du président Donald Trump, alors qu’elle tentait de franchir la frontière canadienne pour entrer aux États-Unis.

La lettre avait été interceptée plus tôt cette semaine avant d’arriver à la Maison Blanche.

La femme a été placée en garde à vue par des agents des douanes et de la protection des frontières des États-Unis au passage frontalier de Peace Bridge, près de Buffalo, et devrait faire face à des accusations fédérales, ont déclaré les responsables. Son nom n’a pas été immédiatement divulgué.

La lettre adressée à la Maison Blanche semble provenir du Canada, a déclaré la Gendarmerie royale du Canada. Elle a été interceptée dans une installation gouvernementale qui filtre le courrier adressé à la Maison Blanche et au président Donald Trump et une enquête préliminaire a indiqué qu’il avait été testé positif à la ricine, selon les responsables.

La ricine est le poison le plus violent du règne végétal, 6000 fois plus puissant que le cyanure. Il s’agit d’une substance mortelle en cas d’ingestion, d’inhalation ou d’injection, et contre laquelle il n’existe pas d’antidote.

Le ricin, ce poison indémodable | Médium large

Les responsables n’étaient pas autorisés à discuter publiquement de l’enquête en cours et se sont exprimés sous couvert d’anonymat.

Il y a eu plusieurs cas antérieurs dans lesquels des responsables américains ont été ciblés avec de la ricine envoyée par la poste.


Un ancien combattant de la marine a été arrêté en 2018 et a avoué avoir envoyé des enveloppes à Trump et aux membres de son administration contenant la substance dont la ricine est dérivée. Les lettres ont été interceptées et personne n’a été atteint.

En 2014, un homme du Mississippi a été condamné à 25 ans de prison après avoir envoyé des lettres saupoudrées de ricine au président Barack Obama et à d’autres responsables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *