Afrique

Zimbabwe: La vice-présidence à l’auteur du coup de force contre Mugabe. Une récompense?

A peine a-t-il fait valoir ses droits à la retraite le 20 décembre dernier, que le général Constantino Chiwenga reçoit un nouveau poste. Ce jeudi 28 décembre, ce dernier, auteur du coup de force contre Robert Mugabe, a été promu officiellement au poste de vice-président du Zimbabwe. Serait-ce une récompense ?

Chiwenga, homme de confiance du régime de Robert Mugabe

Constantino Chiwenga est un général zimbabwéen et était récemment commandant des forces armées zimbabwéennes. Issu d’une famille modeste, il est né le 25 août 1956 dans le district de Wedza dans la province de Mashonaland oriental au nord-est du pays. Au début des années 70, il a intégré l’effectif des combattants de la lutte pour l’indépendance, qu’ils ont pu obtenir dans les années 80, grâce aux accords de Lancaster. Une indépendance qui a permis aux combattants de régner sur le Zimbabwe. Après une évolution fulgurante au sein de l’armée, Chiwenga a été l’un des piliers du régime de Robert Mugabe.

Il y’a un mois, proche de sa retraite, Chiwenga a placé des chars autour de la résidence du Chef de l’Etat Robert Mugabe. Rejetant toute accusation de putsch, celui-ci et d’autres officiers affirmeront que l’opération avait pour but de lutter contre des criminels qui entourent le président de la République.

La vice-présidence comme récompense?

Aujourd’hui, un mois après le départ de Mugabe du pouvoir, le nouveau chef d’Etat, Emmerson Mnangagwa vient de nommer Chiwenga au poste de vice-président du Zimbabwe. Il a prêté serment ce matin du jeudi 28 décembre à Harare. « Je jure d’observer, respecter et défendre la Constitution », a déclaré le général Constantino Chiwenga.

Une nomination que certains jugent de récompense faite à Chiwenga pour avoir dirigé le coup de force contre Robert Mugabe.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page