À la UneAfrique
A la Une

5 dirigeants africains avec les titres les plus longs et les plus bizarres au monde

De nombreux dirigeants africains ont commis des actes scandaleux et carrément criminels pendant leur règne.

Contrairement à la reine d’Angleterre qui est montée sur le trône avec le titre officiel, « Sa Majesté Elizabeth II, par la grâce de Dieu du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et de ses autres royaumes et territoires Reine, Chef du Commonwealth, Défenseuse de la Foi », certains dirigeants africains qui ont été élus ou ont pris le pouvoir après un coup d’État se sont attribués des titres pour montrer leur pouvoir.

Idi Amin

Publicité

Idi Amin a été le président de l’Ouganda de 1971 à 1979. Avant de devenir président, Amin était membre des King’s African Rifles, un sous-ensemble de l’armée coloniale britannique. En 1971, Amin a renversé le régime du deuxième président de l’Ouganda, Milton Obote.

5 dirigeants africains avec les titres les plus longs et les plus bizarres au monde

Pendant son administration, le climat politique ougandais était marqué par la corruption, la persécution, la violence, les meurtres, une économie défaillante et une mauvaise utilisation des fonds publics.

En 1971, après avoir renversé le gouvernement précédent, Amin s’est donné les titres de commandant en chef des forces armées, de chef d’état-major de l’armée de terre et de chef d’état-major de l’armée de l’air. En 1977, après que les Britanniques ont rompu les liens avec l’Ouganda, Amin a déclaré qu’il avait vaincu les Britanniques et s’est attribué le titre de Conquérant de l’Empire britannique.

Son titre officiel était : « Son Excellence, Président à vie, le Maréchal Al Hadji Docteur Idi Amin Dada, VC, DSO, MC, Seigneur de toutes les bêtes de la terre et des poissons des mers et Conquérant de l’Empire britannique en Afrique en général et en Ouganda en particulier. »

Amin se considérait également comme le roi non couronné d’Écosse.

Mouammar Kadhafi

Le colonel Mouammar Kadhafi, le leader déchu de la Libye, a gouverné le pays d’Afrique du Nord de 1969 à 1977 et s’est autoproclamé président révolutionnaire de la République arabe libyenne.

5 dirigeants africains avec les titres les plus longs et les plus bizarres au monde

Le titre a changé entre 1977 et 2011, date à laquelle il a été tué après un soulèvement. Il a été désigné « Guide de la Grande Révolution du 1er septembre de la Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste, leader fraternel et guide de la révolution. »

Joseph Mobutu

5 dirigeants africains avec les titres les plus longs et les plus bizarres au monde

L’ancien chef militaire devenu président du Zaïre, aujourd’hui République démocratique du Congo, a changé son nom dans le but de « s’africaniser » lui-même et son État. Il est devenu Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga, ce qui signifie « Le guerrier qui va de conquête en conquête en laissant le feu dans son sillage ».

Robert Mugabe

Avant que le plus ancien et le plus vieux dirigeant africain ne soit chassé de ses fonctions par l’armée en 2017, Robert Gabriel Mugabe se faisait appeler : « Son Excellence, le Président, Robert Gabriel Mugabe et Commandant en chef des forces de défense du Zimbabwe, Protecteur des vétérans de guerre, Premier secrétaire du Parti et Chancelier des universités d’État. »

5 dirigeants africains avec les titres les plus longs et les plus bizarres au monde

Il était également appelé « Chef suprême, premier citoyen de la nation, ceinture noire honoraire et professeur de diplomatie. »

Publicité 2

Yahya Jammeh

Yahya Jammeh ou Yahya Abdul-Aziz Jemus Junkung Jammeh a été le président de la Gambie de 1996 à 2017. Il était en outre un homme politique et un officier militaire.

5 dirigeants africains avec les titres les plus longs et les plus bizarres au monde

En 1994, Jammeh et quatre officiers de l’armée ont formé un coup d’État contre Dawda Jawara. La présidence de Jammeh a été entachée par des massacres d’étudiants, des emprisonnements injustes, des disparitions, des détournements de fonds et des chasses aux sorcières.

Se déclarant professionnel de la santé, Jammeh a prétendu avoir des remèdes contre le VIH/SIDA, l’asthme, l’hypertension et la stérilité.

Dans une déclaration publiée le 16 juin 2015 par la Maison de l’État en Gambie, Jammeh a noté qu’il devait être appelé : « Son Excellence le Cheikh Professeur Alhaji Docteur Yahya Abdul-Aziz Awal Jemus Junkung Jammeh Naasiru Deen Babili Mansa. »

En 2014, il a cessé d’utiliser Babili Mansa qui est un nom mandingue signifiant « constructeur de ponts » ou « conquérant de rivières. »

Crédit photo : howafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

  1. Dictateurs pour qui? Il suffit que les occidentaux disent qu’un dirigeants africain, sud américain ou asiatique est un dictateur…pour que des moutons y croient. La dictature c’est l’impérialisme occidental! Des guerres financées par l’occident pour s’accaparer par force des richesses du reste du monde, c’est ça la dictature, qu’ils arrêtent de vous manipuler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page