USA

9 choses dont on se souviendra de Barack Obama

Alors que Barack Obama se prépare à quitter le bureau oval le 20 janvier, voici neuf faits qui ont marqué durant ses deux mandats:

1- Marquer l’histoire

Si les historiens devaient écrire seulement une seule chose au sujet de Barack Hussein Obama, ils noteraient probablement que – 143 ans après que l’esclavage ait été aboli – un jeune sénateur d’Illinois est devenu le premier président noir des Etats-Unis.

Obama, avait à peine 47 ans lors de son investiture en 2009, et il a mobilisé un oratoire magistral pour rassembler une coalition électorale diversifiée derrière un message d’espoir et de changement.

Durant son règne, Obama a parfois lutté pour transformer cette poésie dans la prose de la gouvernance. Les tensions raciales – soulignées par les fusillades policières d’hommes noirs non armés et les théories du complot concernant son lieu de naissance – ont persisté. Mais le fait même de son élection a confirmé des changements monumentaux dans la société américaine.

Publicité

2- Trop grand pour échouer

Le premier mandat d’Obama a été dominé par la chute libre de l’économie américaine. Une crise immobilière a engendré un effondrement financier qui a fragilisé les banques et les prêteurs de Wall Street, et provoqué une crise économique au niveau mondial.

Le président sortant George W. Bush et la Réserve fédérale avaient lancé les premiers efforts du gouvernement en matière de confinement, mais Obama a fait face à une opposition idéologique de gros stimulants budgétaires, en augmentant les dépenses gouvernementales de 831 milliards de dollars et en lestant l’économie.

Au moment où Obama quitte la Maison blanche, les répliques politiques et sociales de ce cataclysme financier se font encore sentir, mais l’économie a créé  des emplois pendant 75 mois consécutifs.

3- “La justice a été faite”

“Ce soir, je peux rapporter au peuple américain et au monde que les États-Unis ont mené une opération qui a tué Osama ben Laden”.

Lorsqu’il prononçait ces mots le 2 mai 2011, Obama a apaisé  la colère et la frustration de millions d’Américains  qui trouvaient inconcevable que le pays le plus puissant sur terre ne puisse mettre main sur l’homme responsable des attentats du 11 septembre.

L’opération risquée des Forces spéciales a également mis en exergue l’approche controversée de Barack Obama contre le terrorisme. Obama s’en va, les membres de l’équipe d’Al-Qaïda et leurs affiliés restent puissants, mais leur leadership en Afghanistan et au Pakistan a été altéré.

4- Un labeur législatif

“C’est l’un des rares regrets de ma présidence – que la rancœur et le soupçon entre les parties a empiré au lieu de s’améliorer”, a déclaré Obama dans son dernier discours sur l’état de l’Union.

Dès le moment où Obama a été élu, les Républicains au Congrès ont juré de s’opposer à lui becs et ongles.

Les efforts visant à fermer la prison de Guantanamo Bay et à adopter des mesures de contrôle des armes à feu – même après le massacre de jeunes étudiants à Sandy Hook, le nadir émotionnel de sa présidence – ont été amenuisés par  des rancœurs partisanes.

5- Un contrat à demi-vie

Pendant plus de deux décennies, les États-Unis avaient mis en place des sanctions et des actions secrètes pour empêcher l’Iran d’obtenir une arme nucléaire. Obama a essayé une autre approche, engageant des pourparlers secrets avec la République islamique.

Cette manœuvre a finalement abouti à un accord qui a vu l’Iran arrêter son sprint vers l’obtention d’une arme nucléaire, en échange d’un important redressement des sanctions et d’une masse de légitimité internationale.

Le pacte venait durcir les relations américaines avec les ennemis de l’Iran, notamment Israël et l’Arabie saoudite, mais il a empêché une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient et a désamorcé les tensions entre l’Iran et les États-Unis qui existaient depuis la révolution islamique de 1979.

 6- Pas de retour sur la Syrie

Aucune crise internationale n’a mis à l’épreuve la politique étrangère d’Obama ou sa base d’intervention militaire américaine comme la Syrie.

Même lorsque Bachar el-Assad a défié la ligne rouge américaine  sur l’utilisation d’armes chimiques et a tué des centaines de milliers de civils – avec les forces russes et iraniennes – l’homme qui est allé au bureau sur un billet anti-guerre a rejeté les appels à intervenir.

La Syrie sera probablement en crise pour les années à venir.

Les critiques vont  longtemps fuser. L’on voudra savoir  si la politique d’Obama était raisonnable et dans quelle mesure sa décision a endommagé la réputation de l’Amérique ou  a permis au groupe état islamique de se développer. Dans quelles proportions a-t-elle  alimenté un flux d’immigration qui déstabilise l’Europe permettant à la Russie et l’Iran d’étendre leur influence dans la région ?

7- Changer le climat

Après le scepticisme climatique de Bush, les huit années de mandat de Barack Obama ont entraîné une vague de législation environnementale sur la protection des écosystèmes marins, la réduction des émissions de carbone et l’augmentation des énergies renouvelables.

Publicité 2

Dans le but d’engraisser l’environnementalisme dans le corps politique de l’Amérique, Obama a grimpé les glaces d’Alaska,  plongé dans l’île de Midway et s’est précipité à travers la ratification de l’Accord du climat de Paris.

Mais le programme environnemental du prédécesseur de Donald Trump  risque de subir des attaques acerbes de l’adversaire d’Hillary Clinton successeur, remettant en question la durabilité de ce legs.

8- Un très gros problème

Pendant des décennies, les Démocrates ont essayé de fournir des soins de santé universels aux Américains. Ceux-ci ont échoué dans leur politique. Obama n’a pas été tout à fait capable de le faire, mais il a étendu la couverture d’assurance à des dizaines de millions de citoyens qui auparavant n’en avaient pas.

Les Républicains ont décrié le plan d’Obamacare comme le socialisme incarné, à un moment prétendant qu’il créerait même des “panneaux de la mort.” Mais ils n’ont pas réussi à l’empêcher de passer. Ils peuvent encore la modifier maintenant que Donald Trump tient les commandes

9- Rencontrez les voisins

Le voyage d’Obama à Cuba peut être rappelé de la même manière que la visite de Richard Nixon en Chine, mais en vérité, c’était la pierre angulaire d’un effort beaucoup plus large pour améliorer les relations américaines avec l’Amérique latine.

Les populistes de gauche de la région ont réveillé les souvenirs de l’impérialisme yankee – coups de feu dirigés par les États-Unis, escadrons de la mort et interventions lourdes.

À peine 100 jours après l’entrée en fonction de M. Obama, il a déclaré aux dirigeants régionaux lors d’un sommet des Amériques que les États-Unis avaient changé. L’approche était de priver les dirigeants comme Hugo Chavez de  toutes excuses pour l’attraction anti-américanisme.

Il a secoué la main de Chavez, a rencontré Daniel Ortega, le pistolet nicaraguayen, et a visité le tombeau d’un prêtre salvadorien populaire tué par des escadrons de la mort liés aux États-Unis.

Obama a fait allusion à des «erreurs» dans un coup d’état qui a installé le dictateur Augusto Pinochet au Chili, a publié des documents sur l’implication dans la guerre sale de l’Argentine et, bien sûr, a visité La Havane.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page