À la UneMaliPolitique
A la Une

Abdoulaye Diop, Ministre des Affaires Etrangères du Mali: « la France applaudit des coups d’État… »

Le Ministre des Affaires Etrangères du Mali, le diplomate Abdoulaye Diop répond aux propos outranciers de Jean-Yves Le Drian, Ministre des Affaires Etrangères de la France. Dans une charge d’une rare violence, le Drian avait traité les autorités maliennes d’illégitimes aux décisions scabreuses. Abdoulaye Diop lui donne le change en indiquant que la France ne poursuit pas des buts démocratiques au Mali. Elle cautionne certains coups d’Etat assume-t-il.

Abdoulaye Diop, Ministre des Affaires Etrangères du Mali est formel: La France n’est pas forcément contre les coups d’Etat en Afrique. La France qui fait croire qu’elle se bat pour des élections au Mali n’est pas très honnête dans sa posture. En effet, selon le diplomate malien, « La France applaudit des coups d’État quand cela va dans le sens de ses intérêts. Elle condamne quand ça va dans le sens contraire de ses intérêts. Non. Cette politique de deux poids deux mesures aussi doit cesser« .

Le diplomate malien enfonce le clou en affirmant que « Cette attitude agressive, hostile à l’endroit du Mali n’a rien à voir avec les raisons qui sont mises en avant liées au respect de la démocratie, au respect des droits de l‘homme, à des coups d’État. Non. ». Abdoulaye Diop assure pourtant qu’il avait discuté avec le Drian à bâtons rompus à New York en 2021. Il ne comprend donc pas qu’en tant que diplomate, le Drian soit aussi virulent.

Lire aussi: CAN 2021 / Blé Goudé prend position sur les palabres entre Ivoiriens et Camerounais


Des sanctions de la CEDEAO, le Ministre Abdoulaye Diop en parle. Il regrette ces mesures qui ne sont pas de nature à aider les Maliens dit-il. « De cette politique de sanctions, il faut qu’on sorte de cela. Au Mali, ce dont nous avons besoin, c’est l’accompagnement, c’est l’écoute, c’est le dialogue, c’est la compréhension. Aujourd’hui, si les sanctions contre le Mali, qui sont des actions au-delà de la normale, étaient efficaces, il ne se serait pas passé ce qui est en train de se passer au Burkina Faso.« , fait remarquer Abdoulaye Diop.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page