FootballSport

Abusé s3xuellement par son enseignant à l’âge de 13 ans, Patrice Evra s’exprime à nouveau

Abusé sexuellement dans son enfance, Patrice Evra est revenu sur cet incident qui l’affecte toujours.

L’ancien footballeur de 41 ans s’est déjà ouvert sur son horrible expérience d’abus s3xuel dans son autobiographie, mais il s’exprime à nouveau dans l’espoir d’aider tout enfant se trouvant dans la même situation.

LIRE AUSSI: France/ L’ex-footballeur, Patrice Evra, révèle avoir été abusé s*xuellement

L’ancien défenseur de l’équipe de France a gardé son expérience secrète pendant plus de dix ans parce qu’il avait honte. Cependant, il s’est rendu compte à quel point il est important de parler.

S’exprimant lors de l’émission Today de la BBC, il a déclaré : « Quand j’avais 13 ans, j’étais dans une école trop loin de chez moi, je devais prendre le train, un voyage de trois heures. Alors mon enseignant m’a proposé de rester chez lui, il vivait dans l’enceinte de l’établissement.

Au début, c’était comme un rêve, il faisait la cuisine pour moi, me laissait jouer aux jeux vidéo. Mais chaque fois que j’allais me coucher, c’était un cauchemar, c’est là qu’il essayait de m’abuser s3xuellement. Chaque nuit, je le repoussais, et puis une nuit, il a réussi. J’ai dit à ma mère : je ne veux plus dormir dans la maison de ce professeur. Elle m’a demandé pourquoi et je n’ai pas dit pourquoi.

J’ai vécu avec cela jusqu’à l’âge de 24 ans, quand je jouais pour Monaco, et la police m’a appelé et m’a dit : nous avons reçu beaucoup de plaintes concernant d’autres enfants victimes d’abus s3xuels, vous a-t-il fait quelque chose ? Et j’ai répondu que non. J’ai menti parce que, tout d’abord, vous avez honte de vous-même, vous vous sentez coupable, et aussi parce que vous avez peur de ce que les gens vont penser de vous, j’étais déjà une personne célèbre. Je regrette, car il ne s’agit pas de moi, mais des enfants.

C’est pourquoi j’en parle ouvertement dans mon autobiographie, et grâce à la femme de ma vie, Margaux, qui m’a aidé à me débarrasser de cette masculinité toxique et à me sentir en sécurité.


J’ai senti que je pouvais lui faire confiance, je me suis ouvert, j’ai parlé et je me suis libéré de quelque chose. J’ai décidé de le raconter dans mon livre. Mon livre était déjà terminé et j’ai appelé l’éditeur pour lui dire : j’ai besoin d’ajouter quelque chose de très important. »

Le moment le plus dévastateur a été lorsque j’ai vu ma mère et que je lui ai dit face à face, après mes 13 ans, à l’âge de 40 ans : j’ai été abusée sexuellement. Bien sûr, elle était dévastée, et je lui ai dit : je vais mettre ça dans mon autobiographie. Elle a répondu : Non, c’est trop personnel. Et j’ai dit : Non, maman, ce n’est pas pour moi, c’est pour les enfants. »

Crédit photo: themirror

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page