À la UneMonde
A la Une

Accord nucléaire / déjà un premier désaccord: L’Iran rejette les conditions de Joe Biden

L’Iran a annoncé qu’il n’accepterait pas les conditions préalables d’une nouvelle administration Joe Biden sur son programme nucléaire à moins que les États-Unis ne reviennent à leur accord de 2015 signé par l’administration Obama mais rejeté par Trump en 2018.


Après que Trump ait annulé l’accord, il a ensuite réimposé des sanctions économiques strictes contre l’Iran, ciblant les secteurs pétrolier et financier du pays.

Depuis, Téhéran a dépassé les limites de ses activités nucléaires fixées dans le cadre de l’accord, ce qui soulève des soupçons qu’il pourrait utiliser le programme comme couverture pour développer une bombe nucléaire.

Mais le gouvernement iranien insiste sur le fait que ses ambitions nucléaires sont pacifiques.


L’accord sur le nucléaire iranien signé par les États-Unis, l’UE, l’Iran, la Chine et la Russie visait à contraindre le programme de manière vérifiable en échange d’un allégement des sanctions.


Biden a déclaré qu’il ouvrirait des pourparlers avec l’Iran lorsqu’il prendra le contrôle de la Maison Blanche en 2021.
Il a promis de ressusciter l’accord nucléaire iranien et de lever les sanctions si Téhéran revient au “strict respect de l’accord nucléaire”.


Mais Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères a rejeté le plan de Biden en disant que les États-Unis avaient leurs propres «engagements» qui doivent être mis en œuvre.


S’adressant à une conférence virtuelle organisée par l’Italie le jeudi 3 décembre, M. Zarif a déclaré que les États-Unis avaient “violé gravement” une résolution de l’ONU approuvant l’accord sur le nucléaire lorsqu’ils l’ont abandonné, décrivant l’administration Trump comme “un régime voyou”.

“Les États-Unis doivent cesser, les États-Unis doivent cesser leurs violations du droit international”, a-t-il déclaré. “Cela ne nécessite aucune négociation.”

M. Zarif a ajouté que les Etats-Unis n’étaient “pas en mesure de fixer des conditions”.

Biden a déclaré au New York Times cette semaine que cela “allait être difficile”, mais “la dernière chose dont nous ayons besoin dans cette partie du monde est l’accumulation de capacités nucléaires”.

Le mercredi 2 décembre, le parlement iranien a adopté un projet de loi qui empêcherait les inspections de l’ONU de ses sites nucléaires et obligerait le gouvernement à reprendre l’enrichissement de l’uranium à 20% – bien au-dessus des 3,67% convenus dans le cadre de l’accord – si les sanctions n’étaient pas assouplies dans les deux mois. .

L’uranium enrichi à un niveau beaucoup plus élevé peut être utilisé dans une bombe nucléaire, mais une fois que 20% ont été atteints, il est technologiquement plus facile d’atteindre ce niveau de pureté requis.


Le mois dernier, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré que l’Iran avait plus de 12 fois la quantité d’uranium enrichi autorisée en vertu de l’accord sur le nucléaire.

Amadou Bailo Diallo

Je suis Amadou Bailo Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Je représente AfrikMag en Guinée aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page