AfriqueSociété

Afrique et Développement : 10 raisons à la base de l’échec des peuples noirs (partie 2)

Dans la première partie de notre article, nous exposions 10 raisons pour lesquelles nos sociétés africaines sont si souvent en retard. Voici la deuxième partie de notre article.

  1. La sorcellerie

Dans nos sociétés africaines, il est un sujet un peu tabou car touchant au domaine métaphysique mais c’est aussi une grande raison du retard des peuples noirs. Ce fait, c’est la sorcellerie. Les exemples sont légion, des cadres sont morts étrangement en voulant développer leur village. Il y a aussi le cas d’enfant à l’avenir prometteur qui se retrouve atteint(e) d’une maladie bizarre ou meurt subitement. Et plus tard, avant de mourir, un parent proche avoue l’avoir tué en sorcellerie pour des motifs révoltants. Comment l’Afrique peut-elle évoluer si de telles personnes sont stoppées dans leur parcours ?

Publicité
  1. L’égoïsme

Tellement de personnes veulent accéder au pouvoir, non pas pour servir les autres mais pour se servir. Cela aboutit à des dirigeants qui, durant leur mandat s’enrichissent quand les maux qui minent les populations s’accroissent.

  1. Un mauvais leadership

Dans les saintes écritures, il y a cette maxime du leadership qui dit : « que celui qui veut être le plus grand soit celui qui serve les autres ». Les occidentaux l’ont bien compris en cherchant à répondre aux préoccupations des autres autour d’eux. Ainsi, on a abouti à Microsoft, Facebook, l’ampoule électrique etc.

  1. En Afrique, on tue les rêves des autres

Un monsieur me parlait un jour d’une mentalité de crabes. Dans un panier, les crabes n’arrivent pas à sortir et se tirent les uns les autres pour rester au fond. Combien de personnes ne se sont-elles pas vues se dire : « Tu rêves hein ! Dans ce pays-là rien ne peut marcher ! ». Ou encore : « Dans notre famille-là, rien ne réussit / Si tu travailles à la fonction publique mon frère c’est bon! »

  1. Un concept de l’africanisme erroné

De nos jours, les mouvements africanistes s’élèvent de plus en plus pour faire la compétition aux occidentaux. Comme je le dis, si une personne passe tout son temps à crier « je m’appelle X », à un moment, vous finirez par douter qu’elle s’appelle ainsi. Les Africains doivent être en compétition contre eux-mêmes pour devenir la meilleure version d’eux-mêmes qui soit. Laissons les Blancs, ils ont trop de maux à gérer chez eux.

  1. L’absence de respect aux autorités

Une autorité établie n’est pas toujours le choix du peuple. Mais elle est le reflet du cœur du peuple. C’est une chose bizarre mais qui est vraie. Ainsi, vous pouvez ne pas désirer une personne mais si elle est établie au pouvoir, vous lui devez respect et honneur. Et c’est un fait qui manque souvent à nos sociétés. Tous ces pays dans lesquels surtout les pères des nations ont été humiliés, rabaissés, maudits, ces pays-là vont d’instabilité en instabilité. Comme quoi qui récolte le vent moissonne la tempête.

Si vous êtes de l’opposition et que vous maudissez le pouvoir en place, vous lui mettez des bâtons dans les roues etc. Vous verrez que lorsque vous arriverez au pouvoir, vous subirez les mêmes misères. Ça s’appelle la loi de la semence et de la moisson.

 

Publicité 2

Eunice KOUAME

AfrikMag

Eunice Kouamé

Je suis Eunice KOUAME, une jeune femme passionnée de lecture, de développement personnel et de relations humaines en général. J'aime voyager, rigoler, cuisiner et surtout écrire. Vous pourrez consulter mes articles dans les rubriques conseils, couple, relations, actualités, inspiration, politique et chroniques( mon nouveau bébé ;) ) eunice.kouame@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

  1. de tout ce qui précède, deux aspects sont à la base de l’echec de l’afrique: la sorcellerie bien sure et nos dirigeants voleurs qui vident nos caisse pour leur propre interêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page