AfriquePolitique

Après Kurunziza au Burundi, c’est au tour de Kagame au Rwanda de réviser la constitution

Pourquoi les chefs d’Etat africain ne veulent pas quitter le pouvoir ? Pourquoi réviser la constitution pour se maintenir au pouvoir ?

La Constitution rwandaise limite à deux le nombre de mandats présidentiels et interdit donc en l’état à Paul Kagame, élu en 2003 et en 2010, de se représenter une troisième fois.

Publicité

L’homme est au pouvoir depuis que sa rébellion du Front patriotique rwandais a mis fin au génocide de 1994 qui, selon l’ONU, a fait environ 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsi.

Vice-président et ministre de la Défense après le génocide, il tenait déjà alors les rênes du pays, avant d’être élu président en 2003 avec 95 % des voix, et réélu tout aussi triomphalement (93 %) en 2010. Il est crédité des nombreuses avancées du Rwanda depuis le génocide, mais dirige son pays d’une main de fer et est accusé d’étouffer toute voix discordante.

Le Parlement rwandais va examiner cet été l’éventualité d’une réforme constitutionnelle qui aurait pour but de permettre au président Paul Kagame de se représenter en 2017

 

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page